Les Chrétiens devraient-ils observer les Jours des Pains sans levain?

Les Chrétiens devraient-ils observer les Jours des Pains sans levain?

Par COGwriter

Les premiers Chrétiens ont-ils observé les Jours des Pains sans levain?

Dans Lévitique 23:5-6, la Bible déclare :

« Le premier mois, le quatorzième jour du mois, entre les deux soirs, ce
sera la Pâque de l’Éternel. Et le quinzième jour de ce mois, ce sera la fête
des pains sans levain en l’honneur de l’Éternel; vous mangerez pendant sept Jours
des Pains sans levain. »

(Deux sermons sont disponibles en ligne : Christians and Unleavened Bread et Leaven
and Sin
.)

De même, dans Exode 12:15,19-20, il est écrit :

« Pendant sept jours, vous mangerez des pains sans levain. Dès le premier jour, il n’y aura plus de levain dans vos maisons; car toute personne qui mangera du pain levé, du premier jour au septième jour, sera retranchée d’Israël… Pendant sept jours, il ne se trouvera point de levain dans vos maisons; car toute personne qui mangera du pain levé sera retranchée de l’assemblée d’Israël, que ce soit un étranger ou un indigène.  Vous ne mangerez point de pain levé; dans toutes vos demeures, vous mangerez des pains sans levain. »

Ces Jours des Pains sans levain doivent-ils être observés maintenant? Les premiers Chrétiens les ont-ils observés? Les Chrétiens devraient-ils les observer maintenant?

Pourquoi les Chrétiens voudraient-ils les observer?

Que se passe-t-il s’ils ne le font pas? Qu’est-ce le levain?

La Bible montre que les Jours des Pains sans levain sont liés à la Pâque (Lévitique 23:5-6; Exode 12:19-20; 1
Corinthiens 5:7-8).

Bien que la plupart des professant Chrétiens sachent que 1 Corinthiens 57 enseigne « car Christ, notre Pâque, a été immolé », ils ne semblent pas observer littéralement le verset qui suit. « Célébrons donc la fête, non avec du vieux levain, non avec un levain de malice et de méchanceté, mais avec les pains sans levain de la pureté et de la vérité. »(1 Corinthiens 5:8)

En fait, la plupart des Chrétiens ne semblent pas se rendre compte qu’ils sont censés célébrer les fêtes bibliques.
Cependant, il y a de nombreuses raisons de le faire.

Avant d’aller plus loin, je devrais peut-être citer et commenter tout le verset de 1 Corinthiens 5:7 :

Faites disparaître le vieux levain, afin que vous soyez une pâte
nouvelle, puisque vous êtes sans levain, car Christ, notre Pâque, a été immolé.

Remarquez qu’il est clair que les Corinthiens ont dû observer les Jours des Pains sans levain car l’apôtre Paul a
déclaré : « Vous êtes sans levain ». Le problème des Corinthiens était qu’ils n’étaient pas sans levain spirituellement. C’est pourquoi Paul a continué et leur a dit d’être aussi spirituellement sans levain « avec les
pains sans levain de la pureté et de la vérité ».

C’est ce que la Bible montre que l’apôtre Paul enseignait.

Le crois-tu?

De plus, dans Romains 3:25, Paul a écrit :

25 afin de montrer sa justice, parce qu’il avait laissé impunis les péchés commis auparavant.

Cela signifie-t-il que nous devons continuer à pécher? Bien sûr que non! Quelques versets plus tard, Paul a écrit :

31 Au contraire, nous confirmons la loi. (Romains 3:31)

Ainsi, alors que la plupart des gens comprennent que la Pâque est en souvenir de Jésus-Christ et de Son sacrifice (1 Corinthiens 11:24-26), beaucoup semblent ne pas comprendre que nous ne devons
pas continuer dans le péché.

Pourquoi?

L’une des raisons est peut-être qu’ils ne respectent ni les Jours des Pains sans levain ni la plupart des jours saints de Dieu (voir aussi : Les Jours saints de Dieu ou les fêtes démoniaques?).

(Pour savoir quand sont les Jours saints sur les calendriers modernes, consultez l’article Holy Day Calendar.)

D’autres passages de l’Ancien Testament

Avant d’entrer davantage dans le levain et ses ramifications spirituelles, notez ce qui suit dans l’Ancien Testament :

14 Trois fois par année, tu célébreras des fêtes en mon honneur. 15 Tu observeras la fête des
pains sans levain; pendant sept jours, au temps fixé dans le mois des épis, tu mangeras des pains sans levain, comme je t’en ai donné l’ordre, car c’est dans ce mois que tu es sorti d’Égypte; et l’on ne se présentera point à vide devant ma face. (Exode 23:14-15)

13  …trois fois l’année, à la fête des pains sans levain, à la fête des semaines, et à la fête des tabernacles. (2 Chroniques 8:13)

Les passages ci-dessus indiquent clairement que les Jours des Pains sans levain doivent être observés chaque année. Ce sont des rappels physiques des principes spirituels, y compris l’obéissance à la
parole de Dieu.

Quelle attitude devait-on avoir pour observer les Jours des Pains sans levain?

21 Ainsi les enfants d’Israël qui se trouvèrent à Jérusalem célébrèrent
la fête des pains sans levain, pendant sept jours, avec une grande joie; et
chaque jour les Lévites et les sacrificateurs louaient l’Éternel avec les
instruments qui retentissaient en son honneur. (2 Chroniques 30:21)

22 Ils célébrèrent avec joie pendant sept jours la fête des pains sans
levain, car l’Éternel les avait réjouis en disposant le roi d’Assyrie à les
soutenir dans l’oeuvre de la maison de Dieu, du Dieu d’Israël. (Esdras 6:22)

Ces jours doivent être observés dans la joie. C’est ce que Dieu veut (Esdras 6:22). Ils ne sont pas indûment
contraignants.

La joie est l’un des fruits de l’Esprit que les Chrétiens doivent avoir (Galates 5:22) – observer les Jours des Pains sans levain devrait être joyeux.

Levain et pain sans levain

Dans le monde, le péché et l’hypocrisie sont répandus.

De même, dans le monde, le levain est tout autour.

Ce n’est pas seulement dans les produits de boulangerie, mais maintenant dans beaucoup d’autres produits. Le levain se propage et la plupart des produits s’émiettent. Dans la Bible, le levain représente normalement la malice, la méchanceté et l’hypocrisie (1 Corinthiens 5:8; Matthieu 16:6,12; Luc 12:1), tandis que le pain sans levain représente la sincérité et la vérité (1 Corinthiens 5:8).

L’Ancien Testament déclare : « tu ne mangeras pas du pain levé » (Deutéronome 16:3), tandis que le Nouveau
Testament déclare; « Son Fils nous purifie de tout péché » (1 Jean 1:7) et que « le péché est la transgression de la loi » (1 Jean 3:4).

Le levain décrit les enseignements des pharisiens (Matthieu 16:6,12; Luc 12:1) que Jésus les a appelés hypocrites (Matthieu 15:7; 23:23,25,27,29). Ils prétendaient être les dirigeants de Dieu et les enseignants de sa voie, mais ils enseignaient souvent les traditions des hommes que Jésus avait condamnés. (Matthieu 15:1-9)

Notez ce qui suit :

1 Sur ces entrefaites, les gens s’étant rassemblés par milliers, au
point de se fouler les uns les autres, Jésus se mit à dire à ses disciples:
Avant tout, gardez-vous du levain des pharisiens, qui est l’hypocrisie. 2 Il
n’y a rien de caché qui ne doive être découvert, ni de secret qui ne doive être
connu. (Luc 12:1-2)

Selon Strong’s Concordance, le mot grec utilisé par Jésus qui a été traduit par hypocrite signifie « acteur, jouer un rôle assumé ». Les pharisiens étaient de faux chefs religieux qui prétendaient respecter la loi de Dieu mais ne le faisaient pas vraiment (Matthieu 15:3-9). Ils portaient un faux témoignage et appuyaient leurs fausses traditions.

Avez-vous de fausses traditions que vous suivez? Les fausses traditions des autres religions ou même vos propres excuses pour expliquer pourquoi vous ne pouvez pas changer et devenir « sans levain », dans certains aspects de votre caractère? Examinez-vous.

Notez que le levain est un symbole de la fausse doctrine et de l’hypocrisie contre lesquelles Jésus nous a averti :

Jésus leur dit: Gardez-vous avec soin du levain des pharisiens et des sadducéens.

Les disciples raisonnaient en eux-mêmes, et disaient: C’est parce que nous n’avons pas pris de pains.

Jésus, l’ayant connu, dit: Pourquoi raisonnez-vous en vous-mêmes, gens de peu de foi, sur ce que vous n’avez pas pris de pains? Êtes-vous encore sans intelligence, et ne vous rappelez-vous plus les cinq pains des cinq mille hommes et combien de paniers vous avez emportés, 10 ni les sept pains des quatre mille hommes et combien de corbeilles vous avez emportées? 11 Comment ne comprenez-vous pas que ce n’est pas au sujet de pains que je vous ai parlé? Gardez-vous du levain des pharisiens et des sadducéens. 12 Alors ils comprirent que ce n’était pas du levain du pain
qu’il avait dit de se garder, mais de l’enseignement des pharisiens et des sadducéens. (Matthieu 16:6-12)

Considérez aussi quelque chose d’autre que Jésus a enseigné :

13 Malheur à vous, scribes et pharisiens hypocrites! parce que vous fermez aux hommes le royaume des cieux; vous n’y entrez pas vous-mêmes, et vous n’y laissez pas entrer ceux qui veulent entrer. 1Malheur à vous, scribes et pharisiens hypocrites! parce que vous dévorez les maisons des veuves, et que vous faites pour l’apparence de longues prières; à cause de cela, vous serez jugés plus sévèrement. 15 Malheur à vous, scribes et pharisiens hypocrites! parce que vous courez la mer et la terre pour faire un prosélyte; et, quand il l’est devenu, vous en faites un fils de la géhenne deux fois plus que vous. (Matthieu 23:13-15)

Ce sont les pécheurs impénitents qui connaîtront la seconde mort avec le feu de la géhenne (voir aussi). Le levain, dans ces passages, est utilisé par Jésus pour représenter comment sérieux est le péché.

En outre, Jésus a décrit les pharisiens en ces termes : « Vous de même, au dehors, vous paraissez justes aux
hommes, mais, au dedans, vous êtes pleins d’hypocrisie et d’iniquité. » (Matthieu 23:28)

Jésus a ainsi lié le levain (les enseignements pécheurs des pharisiens, Matthieu 16:12) à la fausse religion
(être hypocrites) et au péché (puisque « le péché est la transgression de la loi. » 1 Jean 3:4).

Jésus a également lié les problèmes des pharisiens avec l’orgueil (cf. Marc 7:5-23) :

14 Ensuite, ayant de nouveau appelé la foule à lui, il lui dit: Écoutez-moi tous, et comprenez. 15 Il
n’est hors de l’homme rien qui, entrant en lui, puisse le souiller; mais ce qui sort de l’homme, c’est ce qui le souille. 16 Si quelqu’un a des oreilles pour entendre, qu’il entende.

17 Lorsqu’il fut entré dans la maison, loin de la foule, ses disciples l’interrogèrent sur cette parabole. 18 Il leur dit: Vous aussi, êtes-vous donc sans intelligence? Ne comprenez-vous pas que rien de ce qui du dehors entre dans l’homme ne peut le souiller? 19 Car cela n’entre pas dans son coeur, mais dans son ventre, puis s’en va dans les lieux secrets, qui purifient tous les aliments. 20 Il dit encore: Ce qui sort de l’homme, c’est ce qui souille l’homme. 21 Car c’est du dedans, c’est du coeur des hommes, que sortent les mauvaises pensées, les adultères, les impudicités, les meurtres, 22 les
vols, les cupidités, les méchancetés, la fraude, le dérèglement, le regard envieux, la calomnie, l’orgueil, la folie. 23 Toutes ces choses mauvaises sortent du dedans, et souillent l’homme. (Marc 7:14-23)

L’orgueil gonfle les gens. L’apôtre Paul a spécifiquement utilisé l’expression « enflé d’orgueil » (1 Timothée
3:6) lorsqu’il a mis en garde contre le fait qu’un novice deviendrait un dirigeant ordonné dans l’église. Il a également averti qu’au lieu de se lamenter (se repentir), les Chrétiens corinthiens étaient gonflés. (1
Corinthiens 5:2)

Le levain gonfle le pain. L’orgueil gonfle les gens.

L’orgueil de beaucoup en empêche plusieurs d’observer les Jours Saints de Dieu. Ils sont, au lieu de l’Église de Dieu, juges des Jours Saints. Ils ne comprennent pas ce qui suit (qui est souvent mal traduit, alors une traduction plus précise est donc donnée ci-dessous) :

16 Que personne donc ne vous juge au sujet du manger ou du boire, ou au sujet d’une fête, d’une nouvelle lune, ou des sabbats: 17 c’était l’ombre des choses à venir, mais le corps est en Christ. 18 Qu’aucun homme, sous une apparence d’humilité et par un culte des anges, ne vous ravisse à son
gré le prix de la course, tandis qu’il s’abandonne à ses visions et qu’il est enflé d’un vain orgueil par ses pensées charnelles, 19 sans s’attacher au chef, dont tout le corps, assisté et solidement assemblé par des jointures et des liens, tire l’accroissement que Dieu donne. (Colossiens 2:16-19)

16 Ne laissez donc aucun homme vous juger en mangeant et en buvant, ou à l’égard d’une fête ou d’une célébration de la nouvelle lune ou du sabbat; 17 car ces choses sont l’ombre des choses à venir,
MAIS LE CORPS DU CHRIST. 18 Ne laissez personne vous tromper de votre récompense, prenant plaisir dans la fausse humilité et le culte des anges, s’infiltrant dans les choses qu’il n’a pas vues, gonflées en vain par son esprit charnel, 19 et ne s’attachant pas à la tête, de qui tout le corps, nourri et soudé par des articulations et des ligaments, grandit avec l’augmentation qui vient de Dieu. (Colossiens 2:16-19, NKJV modifié par Dr Thiel)

Ainsi, les personnes spirituellement gonflées ne veulent pas observer les Jours des Pains sans levain (pour plus
d’informations sur les traductions de Colossiens et d’autres informations sur les Jours Saints de Dieu, consultez la brochure gratuite en ligne Les jours saints de Dieu ou les fêtes démoniaques?).

Physiquement, les agents levants comprennent la levure, le bicarbonate de soude et la levure chimique. Les
listes suivantes peuvent être utiles :

Voici une liste des agents levants

Levure sèche active

Carbonate d’ammonium – également connu sous le nom de « Hartshorn »

Bicarbonate d’ammonium

Baker’s Ammonia 

Levure de boulanger

Levure chimique

Bicarbonate de soude

Carbonate dipotassique

Bicarbonate de Potassium

Carbonate de potassium

Bicarbonate de sodium – également connu sous le nom de « Saleratus »

Levain

Phosphates monocalciques (Ca (H2PO4)2)

 

Les éléments suivants ne sont « pas » des agents levants

Levure autolysée

La levure de bière

Fécule de maïs

Blancs d’oeufs

Polysorbate 60

Bitartrate de Potassium (Crème de Tartare)

Monostérate de sorbitan

Tartrate en poudre

Levure Torula

Extrait de levure

Physiquement, les agents levants « gonflent » les produits contenant des céréales et leur donnent une apparence plus large qu’ils ne le seraient autrement.

Les gens veulent souvent avoir l’air plus influents, etc. qu’ils ne le sont réellement.

Remarquez ce que Dieu veut vraiment :

8 On t’a fait connaître, ô homme, ce qui est bien; Et ce que l’Éternel demande de toi, C’est que tu pratiques la justice, Que tu aimes la miséricorde,

Et que tu marches humblement avec ton Dieu. (Michée 6:8)

 

Le problème de Satan était qu’il refusait de marcher humblement. Il était le chérubin oint (Ézéchiel 28:14 – il avait tout – mais son orgueil a fait obstacle (cf. Ézéchiel 28:17). Les humains laissaient souvent leur fierté faire obstacle (Proverbes 29:23 – et la fierté gonfle les gens (cf. 1 Timothée 3:6). La plupart ne feront pas ce que Dieu dit, car leur orgueil et leur raisonnement humain, influencé par Satan, les gênent.

Considérez aussi :

18 L’arrogance précède la ruine, Et l’orgueil précède la chute. 19 Mieux vaut être humble avec les humbles Que de partager le butin avec les orgueilleux.

20 Celui qui réfléchit sur les choses trouve le bonheur, Et celui qui se confie en l’Éternel est heureux. (Proverbes 16:18-20)

Faites-vous vraiment confiance en Dieu et pas à vous-même? Pouvez-vous vous humilier et changer réellement vos défauts? Vous pouvez avec l’aide de Jésus. (Philippiens 4:13)

Ne soyez pas parmi ceux à qui Dieu dit :

3 L’orgueil de ton coeur t’a égaré. (Abdias 3)

Humiliez-vous et changez.

23 L’orgueil d’un homme l’abaisse, Mais celui qui est humble d’esprit obtient
la gloire. (Proverbes 29:23)

12 Avant la ruine, le coeur de l’homme s’élève;

Mais l’humilité précède la gloire. (Proverbes 18:12)

33 La crainte de l’Éternel enseigne la sagesse,

Et l’humilité précède la gloire. (Proverbes 15:33)

Dieu veut que tu abandonnes l’orgueil, que tu acceptes Ses enseignements, que tu sois humble et après Il t’accordera l’honneur. Beaucoup n’ont pas la foi de s’humilier complètement comme le suggère les versets ci-hauts :

Mais, quand le Fils de l’homme viendra, trouvera-t-il la foi sur la terre? (Luc 18:8)

Beaucoup prétendent croire en Jésus, mais ne veulent pas vraiment s’humilier devant Dieu – une telle humilité requiert la foi.

Considérez aussi que la Bible enseigne :

15 Dès le premier jour, il n’y aura plus de
levain dans vos maisons. (Exode 12:15)

Ceux qui essaient d’obéir à Dieu suivent Ses instructions et enlèvent tous les pains levés, craquelins, etc. de leur maison, nettoient leurs grille-pains et enlèvent le levain physique de leur vie juste avant le début des Jours des Pains sans levain chaque année. La plupart n’ont pas l’humilité de le faire, et beaucoup d’entre eux semblent laisser l’orgueil faire obstacle à l’élimination de leurs propres péchés.

Nous devons toujours nous examiner.

Étant donné que l’enlèvement physique du levain implique un travail, le terme pour Jour dans Exode 12:15 est Miyowm (Interlinear Transliterated Bible. Copyright © 1994, 2003, 2006 by Biblesoft, Inc.), qui est différent du terme hébreu pour Jour, Uwbayowm, dans Exode 12:16 (malgré le fait que Strong’s utilise le même nombre, 3117, pour les deux mots) – cela suggère que l’enlèvement du levain devrait être effectué avant le début du premier jour, qui est une sainte convocation.

Et ceci est cohérent avec d’autres déclarations dans Exode telles que « Pendant sept jours, il ne se trouvera
point de levain dans vos maisons » (Exode 12:19) et « On mangera des pains sans levain pendant les sept jours; on ne verra point chez toi de pain levé, et l’on ne verra point chez toi de levain, dans toute l’étendue de ton pays. » (Exode 13:7) La seule façon de ne pas avoir de pain avec levain dans ses quartiers pendant ces sept jours, est de l’enlever avant le début de ces sept jours.

Voici quelques informations sur les pains sans levain qui fournissent des détails qui ont suscité beaucoup d’interrogations :

Qu’est-ce que le levain? Quels sont les aliments à éviter pendant les Jours des Pains
sans levain?

Dieu utilise le levain comme symbole du péché (I Corinthiens 5:1-8). Le péché gonfle comme le levain physique gonfle (verset 2). Le pain sans levain représente vivre sa vie sans levain.

Pour comprendre exactement ce qui est inclus dans le levain que nous devons éviter pendant les Jours des Pains sans levain, notons d’abord quelques mots hébreux traduits par « levain » dans l’Ancien Testament. Mechametz fait référence aux agents levants – substances utilisées pour gonfler ou produire une fermentation, provoquant la levée de la pâte. La levure, le bicarbonate de soude et la levure chimique sontnde telles substances.

Un autre mot hébreu rendu « levain » est seh-ohd. Cela signifie littéralement « levain », une pâte à
levure à fermentation naturelle qui était le levain le plus répandu des Israélites et qui est encore souvent utilisée pour faire lever les produits de boulangerie et leur donner une texture légère.

Ces agents levants font que les aliments deviennent du chametz. Ce mot hébreu est traduit par « ce qui est levé » dans Exode 12:19. Il est également traduit par « pain levé » dans plusieurs endroits. Cela comprends tous les aliments que le levain a fait gonflé, y compris le pain, les gâteaux, certains craquelins, certains biscuits, certaines céréales préparées et les tartes. Quelques bonbons et autres aliments utilisent également des agents levants. Si vous avez des doutes sur un produit, consultez la liste des ingrédients figurant sur l’emballage.

Au lieu de manger du pain levé, nous avons le commandement direct de manger du pain sans levain (Exode 13:6). Nous pouvons également manger des tartes et des céréales sans levain avec toutes les viandes, boissons, fruits et légumes que nous consommons normalement.

La plupart des magasins vendent une variété de pains sans levain. Toujours vérifier les ingrédients sur l’étiquette pour être sûr. Ou, vous pouvez aimer faire les vôtres.

Certains demandent si on peut utiliser des blancs d’œufs dans la cuisson. Les blancs d’œufs ne doivent pas être utilisés pour remplacer le levain, dans une tentative délibérée de contourner l’esprit de la loi. D’autre part, les blancs d’œufs battus utilisés dans la meringue sur les tartes et autres desserts ne constituent pas un agent levant. Ils n’ont pas été utilisés pour gonfler un produit cuisiner avec de la farine.

D’autres ont remarqué le terme « extraits de levure » sur les étiquettes de certains aliments et se sont demandés
s’il fallait les éviter. Ce sont des dérivés de levure qui ne peuvent pas être utilisés comme agents levants. Il serait donc acceptable d’utiliser un produit contenant des extraits de levure, à condition bien sûr qu’il ne contienne aucun agent levant. Certaines personnes achètent également de la levure de bière dans des magasins d’aliments naturels. Cette forme de levure est totalement morte et ne doit donc pas être considérée comme du levain. Il faut également mentionner que la crème de tartre, en soi, n’est pas non plus un agent levant.

Parfois, une question se pose à propos de la bière ou d’autres boissons fermentées. Rien dans les Écritures n’indique aucune restriction quant au type de boissons que nous consommons pendant les Jours des Pains sans levain – aucune mention que ce soit les « Jours des boissons sans levain ». En fait, dans tous les cas où les Jours des Pains sans levain sont mentionnés, il fait toujours référence à l’exemple donné par les enfants d’Israël lorsqu’ils sont sortis d’Égypte sans levain dans leur pâte (voir Exode 12:39). Il n’y a aucune référence à la levure invisible ou à son résultat dans la bière, le vin ou d’autres boissons.

Le vin naturellement fermenté était habituellement consommé par les Israélites lors des fêtes de Dieu. Si Dieu
avait voulu interdire les boissons fermentées pendant les Jours des Pains sans levain, cela aurait sans doute été mentionné. En fait, une telle mention aurait été nécessaire. Pourtant, le commandement n’ajoute rien de plus que ce qui se trouve dans Exode 13: 6-7 : « Pendant sept jours, tu mangeras des pains sans levain… et l’on ne verra point chez toi de levain, dans toute l’étendue de ton pays. »

Si vous avez des doutes sur un aliment en particulier et êtes incapable de trouver la réponse, vous devriez vous abstenir de le manger, « Tout ce qui n’est pas le produit d’une conviction est péché. » (Romains 14:23).

Si, à la fin de la Fête, vous trouvez un produit à base de levure qui a échappé à votre surveillance, retirez-le immédiatement de votre propriété. C’est un type de ces péchés cachés que nous ne découvrons pas toujours lors de la conversion. Nous devons continuer à éliminer le péché (levain) jusqu’à ce que le processus soit terminé, comme l’indique le fait même qu’il y a sept – le nombre complet – Jours des Pains sans levain.

Dieu a voulu que les Jours des Pains sans levain soient un rappel que nous devons être spirituellement sans levain dans notre vie en enlevant le levain spirituel du péché – pas seulement pendant sept jours, mais toute notre vie! « Célébrons donc la fête, non avec du vieux levain, non avec un levain de malice et de méchanceté, mais avec les pains sans levain de la pureté et de la vérité. » (I Corinthiens 5:8). (Questions et réponses. Good News Magazine, March 1981)

Le pain sans levain est un pain sans agents levants. De nombreux types de pains plats, y compris les tortillas de maïs, constituent souvent un type de pain sans levain. Pour d’autres idées, voici un lien où vous trouverez d’autres recettes : Unleavened Bread recipes

Les pains sans levain n’ont PAS besoin d’être bénis par un rabbin Juif ni de suivre les règles juives qui se trouvent en dehors des Écritures. Et pour ceux qui ont des soucis diététiques, seule une très petite quantité doit être mangée chaque jour. Mais en manger tous les jours nous aide à nous rappeler ces jours et voir à éliminer le péché de nos vies.

Maintenant, nous, les Chrétiens, réalisons
que nous devons nous examiner avant de prendre la Pâque :

27 C’est pourquoi celui qui mangera le pain ou boira la coupe du Seigneur indignement, sera coupable envers le corps et le sang du Seigneur.28 Que chacun donc s’éprouve soi-même, et qu’ainsi il mange du pain et boive de la coupe; 29 car celui qui mange et boit sans discerner le corps du Seigneur, mange et boit un jugement contre lui-même. 30 C’est pour cela qu’il y a parmi vous beaucoup d’infirmes et de malades, et qu’un grand nombre sont morts. 13 Si nous nous
jugions nous-mêmes, nous ne serions pas jugés. 32 Mais quand nous sommes jugés, nous sommes châtiés par le Seigneur, afin que nous ne soyons pas condamnés avec le monde. (1 Corinthiens
11:27-32)

Mais notre examen ne doit pas être limité au temps juste avant la Pâque. Notez quelque chose d’autre que l’apôtre Paul a écrit :

Examinez-vous vous mêmes, pour savoir si vous êtes dans la foi; éprouvez-vous vous-mêmes. Ne reconnaissez-vous pas que Jésus Christ est en vous? à moins peut-être que vous ne soyez réprouvés. (2 Corinthiens 13:5).

Pendant les Jours des Pains sans levain, alors que nous évitons de consommer du levain et que nous mangeons des pains sans levain, nous devrions poursuivre l’examen de notre propre jugement :

31 Si nous nous jugions nous-mêmes, nous ne serions pas jugés. (1 Corinthiens 11:31)

24 Ne jugez pas selon l’apparence, mais jugez selon la justice. (Jean 7:24)

Nous devons utiliser les normes de Dieu, mais beaucoup s’excusent et utilisent les mauvaises normes :

Vous regardez à l’apparence! Si quelqu’un se persuade qu’il est de Christ, qu’il se dise bien en lui-même que, comme il est de Christ, nous aussi nous sommes de Christ. Et quand même je me glorifierais un peu trop de l’autorité que le Seigneur nous a donnée pour votre édification et non pour votre destruction, je ne saurais en avoir honte, afin que je ne paraisse pas vouloir vous intimider par mes lettres. 10 Car, dit-on, ses lettres sont sévères et fortes; mais, présent en personne, il est faible, et sa parole est méprisable. 11 Que celui qui parle de la sorte considère que tels nous sommes en paroles dans nos lettres, étant absents, tels aussi nous sommes dans nos actes, étant présents.

12 Nous n’osons pas nous égaler ou nous comparer à quelques-uns de ceux qui se recommandent eux-mêmes. Mais, en se mesurant à leur propre mesure et en se comparant à eux-mêmes, ils manquent d’intelligence. (2 Corinthiens 10:7-12)

Nous devons utiliser les normes de Dieu, et non pas celles qui sont abaissées, pour nous examiner et nous juger. Les Jours des Pains sans levain est un bon moment pour le faire.

Si tout dans votre vie ne se déroule pas comme vous l’espériez, vous ne regardez peut-être pas assez fort. Certains, intentionnellement ou non, semblent blâmer Dieu. Mais ce n’est pas ce que les Chrétiens devraient faire :

14 Que dirons-nous donc? Y a-t-il en Dieu de l’injustice? Loin de là! 15 Car il dit à Moïse: Je ferai miséricorde à qui je fais miséricorde, et j’aurai compassion de qui j’ai compassion. 16 Ainsi donc, cela ne dépend ni de celui qui veut, ni de celui qui court, mais de Dieu qui fait miséricorde.

17 Car l’Écriture dit à Pharaon: Je t’ai suscité à dessein pour montrer en toi ma puissance, et afin que mon nom soit publié par toute la terre. 18 Ainsi, il fait miséricorde à qui il veut, et il endurcit qui il veut.

19 Tu me diras: Pourquoi blâme-t-il encore? Car qui est-ce qui résiste à sa volonté? 20 O homme, toi plutôt, qui es-tu pour contester avec Dieu? Le vase d’argile dira-t-il à celui qui l’a formé: Pourquoi m’as-tu fait ainsi? 21 Le potier n’est-il pas maître de l’argile, pour faire avec la même masse un vase d’honneur et un vase d’un usage vil?

22 Et que dire, si Dieu, voulant montrer sa colère et faire connaître sa puissance, a supporté avec une grande patience des vases de colère formés pour la perdition, 23 et s’il a voulu faire connaître la richesse de sa gloire envers des vases de miséricorde qu’il a d’avance préparés pour la gloire? 24 Ainsi nous a-t-il appelés, non seulement d’entre les Juifs, mais encore d’entre les païens,

25 selon qu’il le dit dans Osée: J’appellerai mon peuple celui qui n’était pas mon peuple, et bien-aimée celle qui n’était pas la bien-aimée; 26 et là où on leur disait: Vous n’êtes pas mon peuple! ils seront appelés fils du Dieu vivant.

27 Ésaïe, de son côté, s’écrie au sujet d’Israël:

« Quand le nombre des fils d’Israël serait comme le sable de la mer, Un reste seulement sera sauvé. 28 Car le Seigneur exécutera pleinement et promptement sur la terre ce qu’il a résolu. »

29 Et, comme Ésaïe l’avait dit auparavant: Si le Seigneur des armées Ne nous eût laissé une postérité, Nous serions devenus comme Sodome, Nous aurions été semblables à Gomorrhe. (Romains 9:14-29)

Sodome et Gomorrhe ont été détruits. Après nous être repentis, nous n’avons toujours pas atteint la perfection et devons encore nous examiner nous-mêmes.

Dieu vous donne sept jours de pain sans levain pour que vous vous examiniez plus profondément afin d’éliminer de votre vie le levain spirituel, le péché et l’hypocrisie.

Comment
le Levain représente le péché

L’ancienne Église Universelle de Dieu publiait ce qui suit (à l’exception d’un lien vers une brochure plus récente) :

Le péché versus la justice

Lorsque vous considérez la nature des pains levés et des pains sans levain, vous pouvez voir plusieurs comparaisons spirituelles avec le péché et la justice.

Remarquons :

      Vivre dans le péché est facile; être juste est difficile. En raison de sa texture douce, le pain au levain est plus facile à manger que le pain sans levain. De même, il est plus facile de suivre la voie du péché que de vivre dans la justice (Matthieu 7:13-14). Obéir à Dieu est difficile, même pour un Chrétien, car vous avez toujours une nature charnelle qui veut pécher (Romains 7:14-25).

 

      Le péché exalte le soi; la justice forme l’humilité. Le levain gonfle le pain. La même chose est vraie du péché. Cela gonfle le pécheur – son désir est de s’exalter plutôt que de permettre à Dieu de le gouverner (Psaumes 10:3). Lorsque vous choisissez de vivre dans la voie juste de Dieu, vous éliminez les désirs égoïstes. Par l’analogie du levain, Dieu montre qu’il veut que nous échappions aux griffes du péché et que nous menions des vies vertueuses.

 

<    Les plaisirs du péché sont temporaires; les avantages de la justice perdurent. Le pain levé laissé à l’air
devient vite dur et moisi. Le pain sans levain dure beaucoup plus longtemps. Spirituellement, les plaisirs du péché disparaissent (Job 20:12-16). Le résultat final est la mort éternelle (Romains 6:23). La justice, au contraire, apporte des bénédictions à la fois temporelles et éternelles (Deutéronome
28:1-13, Psaumes 15).

 

<    Le péché se propage facilement; la justice se développe lentement. Il ne faut pas longtemps pour que le levain se répande dans une miche de pain. Le péché est comme ça – il se propage rapidement (Galates 5:9), alors que développer le bon caractère prend toute une vie.

 

<    Le péché est basé sur la tromperie; la vérité est la base de la justice. Ce que vous voyez n’est pas ce
que vous obtenez avec une miche de pain levé. Les poches d’air donnent l’impression qu’il y a plus dans le pain qu’il y a réellement. Le péché semble également être quelque chose qu’il n’est pas, trompant le pécheur en lui
faisant croire qu’il obtient quelque chose qui en vaut la peine alors qu’il ne fait que mériter la peine de mort (Hébreux 3:13). Avec la justice, il n’y a pas de tromperie, seulement la vérité (Psaumes 119:151, 172).

 

      Le péché est plus répandu que la justice. La plupart des gens préfèrent le pain au levain car ils trouvent son goût plus désirable. Est-ce vraiment mieux? Pas nécessairement – juste plus commun. Les gens y sont habitués. Spirituellement, la même chose est vraie. La plupart des gens préfèrent vivre dans le péché. Mais vous devez rejeter le péché et choisir de mener une vie juste (Deutéronome 30:19).

 

      Le péché développe une fausse image; la justice développe le vrai caractère. Comme vous l’avez vu, le pain au levain donne une fausse impression. Le pécheur aussi. Il peut paraître impressionnant à l’extérieur, mais l’est-il? Lisez Matthieu 23:27. Le vrai caractère est basé sur beaucoup plus que l’apparence extérieure. Cela implique une vie juste basée sur l’obéissance à la Parole de Dieu (I Jean 2:5).

Grandir dans la droiture

Ce que Dieu nous montre à travers l’analogie du levain et du péché, en particulier à cette époque des Pains sans
Levain, est clair : il veut que vous échappiez aux griffes du péché et meniez une vie juste. Mais comment pouvez-vous éliminer le péché et grandir dans la vertu? Les « trois R » suivants – reconnaître, résister et se
repentir – peuvent nous aider.

1) Reconnaître le péché. Pouvez-vous reconnaître le péché? Beaucoup ne peuvent pas.

Pourquoi?

La plupart des gens ignorent la définition simple et claire de Dieu du péché : « Quiconque pèche transgresse la
loi, et le péché est la transgression de la loi. » (I Jean 3:4).

Discerner le péché consiste à appliquer la loi de Dieu. Les Dix commandements sont à la base de la loi de Dieu (Exode 20:1-17, Deutéronome 5:6-21). Savez-vous ce que sont les Dix commandements? Sinon, comment pouvez-vous espérer vaincre et éliminer le péché – levain spirituel – de votre vie? Les lois de Dieu sont des forces réelles qui garantissent de bons résultats lorsque vous êtes en harmonie avec elles. Ils ont été donnés pour être vécus et d’agir, pas ignorés ou carrément rejetés!

Au-delà des commandements de base, Dieu exige l’obéissance aux principes bibliques faisant référence à sa conduite. Bien que certaines choses ne soient pas écrites sous la forme d’un ordre direct, le principe sous-jacent ou l’esprit de la loi est tout aussi contraignant (Matthieu 5:17-48, Romains 13:9)! Dans cette catégorie figurent
des aspects des lois civiles de Dieu et des déclarations de ses apôtres et patriarches.

Examinez-vous, comme le demande 2 Corinthiens 13:5, et voyez comment les lois de Dieu révèlent le « levain »
dans votre caractère. Mettez-vous VRAIMENT la première place à Dieu dans TOUT? Vous soumettez-vous humblement à Son autorité?

Pouvez-vous admettre quand vous vous trompez? Pour une étude approfondie de la loi fondamentale de Dieu et de son application dans votre vie, lisez notre brochure gratuite (Les Dix commandements : le décalogue, le christianisme et la bête).

2) Résistez au péché. À travers l’analogie du levain, nous avons déjà vu que le péché se répand rapidement et facilement. Par conséquent, vous devez résister à la tentation avant qu’elle ne devienne un péché (Jacques 1:13-15). Cela nécessite de la maîtrise de soi – résister activement aux mauvaises pensées et les remplacer par des pensées justes (2 Corinthiens 10:4-5).

En luttant contre le péché, vous pouvez atteindre un point où vous devenez si fatigué que des fléchettes d’apitoiement et d’injustice vous transpercent. Dans ces moments-là, il est facile de penser que vous avez fait tout ce que vous pouviez. Ne soyez pas dupe. Vous pouvez en faire plus (Hébreux 12:4).

Dans toute la Bible, nous voyons le chiffre 7 utilisé comme symbole de complétude (Genèse 2:2, Josué 6:16, Apocalypse 16:17). En relation avec les Jours des Pains sans levain, le nombre 7 décrit l’élimination complète du péché. Vous devez vous efforcer d’éliminer le péché de votre vie (2 Timothée 2:19).

3) Repentez-vous du péché. Même si vous reconnaissez le péché et y résistez, vous tomberez toujours dans le péché (1 Jean 1:8).

Quand cela se produit, que devriez-vous faire? Efforcez-vous de ne pas pécher, mais quand vous le faites, cherchez le pardon de Dieu. Lors d’un repentir réel – abandonner le mauvais chemin et commencer à vivre correctement – Dieu promet de vous purifier de toute iniquité (1 Jean 1:9).

Certains diraient de ne pas essayer si fort – de ne compter que sur la grâce. Mais que dit Dieu? « Que dirons-nous donc? Demeurerions-nous dans le péché, afin que la grâce abonde? Loin de là! Nous qui sommes morts au péché, comment vivrions-nous encore dans le péché? » (Romains 6:1-2).

Est-ce que vous surmonterez tous les péchés en même temps? Absolument pas! Certains péchés sont si profondément et habituellement enracinés qu’ils peuvent prendre des années pour être totalement surmontés.
N’utilisez pas cela comme une excuse pour continuer dans le péché, mais ne soyez pas consternés non plus.

Demandez-vous, est-ce que je pèche aussi souvent qu’avant? Ce péché a-t-il autant de contrôle sur moi qu’auparavant? Si la réponse est non, vous progressez.

Aujourd’hui, le monde est dans la misère à cause du péché. Pourtant, l’humanité refuse la Fête même – les Jours des Pains sans levain – qui décrit le processus qui les mènerait hors de leurs péchés. Et vous? Allez-vous observer ces jours spéciaux comme Dieu l’a demandé à son peuple? Apprendrez-vous les nombreuses leçons importantes que les Jours des Pains sans levain sont censés vous apprendre?

Si vous vous efforcez de débarrasser votre vie du péché, vous serez grandement béni, maintenant et à l’avenir, en tant que membre de la famille de Dieu : « 28 La vie est dans le sentier de la justice, La mort n’est pas dans le chemin qu’elle trace. » (Proverbes 12:28). (Kakos GM. An Important Reminder – How Leaven Pictures Sin. Good News, March 1984)

Dieu est fidèle.

Considérez :

12 Ainsi donc, que celui qui croit être debout prenne garde de tomber! 13 Aucune tentation ne vous est survenue qui n’ait été humaine, et Dieu, qui est fidèle, ne permettra pas que vous soyez tentés au delà de vos forces; mais avec la tentation il préparera aussi le moyen d’en sortir, afin que vous puissiez la supporter. (1 Corinthiens 10:12-13)

(Les passages ci-dessus sont venus après ceux liés aux Hébreux dans Exode, d’où un autre lien avec les Jours des Pains sans levain).

N’utilisez pas l’excuse que vous avez essayé et échoué.

Considérez aussi :

6 … C’est ici la parole que l’Éternel adresse à Zorobabel: Ce n’est ni par la puissance ni par la force, mais c’est par mon esprit, dit l’Éternel des armées. » (Zacharie 4:6)

16 Va, lui dit Jésus, appelle ton mari, et viens ici. 17 La femme répondit: Je n’ai point de mari. Jésus lui dit: Tu as eu raison de dire: Je n’ai point de mari. (Jean 4:16-17)

13 Je puis tout par celui qui me fortifie. (Philippiens 4:13)

N’abandonnez pas.

Les Jours des Pains sans levain sont un rappel annuel. Si les gens étaient parfaits après le baptême et / ou la Pâque, peut-être que Dieu n’aurait pas eu les Jours des Pains sans levain. Mais les Chrétiens ne sont pas parfaits :

1:8 Si nous disons que nous n’avons pas de péché, nous nous séduisons nous-mêmes, et la vérité n’est point en nous. Si nous confessons nos péchés, il est fidèle et juste pour nous les pardonner, et pour nous purifier de toute iniquité. 10 Si nous disons que nous n’avons pas péché, nous le faisons menteur, et sa parole n’est point en nous.

2:1 Mes petits enfants, je vous écris ces choses, afin que vous ne péchiez point. Et si quelqu’un a péché, nous avons un avocat auprès du Père, Jésus Christ le juste. 2 Il est lui-même une victime expiatoire pour nos péchés, non seulement pour les nôtres, mais aussi pour ceux du monde entier.

3 Si nous gardons ses commandements, par là nous savons que nous l’avons connu. 4 Celui qui dit: Je l’ai connu, et qui ne garde pas ses commandements, est un menteur, et la vérité n’est point en lui. 5 Mais celui qui garde sa parole, l’amour de Dieu est véritablement parfait en lui: par là nous savons que nous sommes en lui. 6 Celui qui dit qu’il demeure en lui doit marcher aussi comme il a marché lui-même. (1 Jean 1:8-2:6)

C’est probablement parce que Dieu savait que nous ne serions pas parfaits, nous devons observer les Jours des Pains sans levain.

Ayez foi en Dieu (pour obtenir de l’aide, considérer lire notre brochure gratuite en ligne : La foi pour ceux que Dieu a appelés et choisis).

Si vous voulez vaincre le péché, priez et efforcez-vous de le vaincre (pour plus d’assistance, prière de lire notre
brochure gratuite en ligne : La Prière : Qu’est-ce que la Bible enseigne?

Le péché est grave

Certaines personnes minimisent l’impact du péché.

Après tout, la Bible enseigne :

23 Car tous ont péché et sont privés de la gloire de Dieu. (Romains 3:23)

Et que Jésus est mort pour nos péchés.

Pourtant, la Bible enseigne aussi :

1 Que dirons-nous donc? Demeurerions-nous dans le péché, afin que la grâce abonde? Loin de là! Nous qui sommes morts au péché, comment vivrions-nous encore dans le péché? Ignorez-vous
que nous tous qui avons été baptisés en Jésus Christ, c’est en sa mort que nous avons été baptisés? Nous avons donc été ensevelis avec lui par le baptême en sa mort, afin que, comme Christ est ressuscité des morts par la gloire du Père, de même nous aussi nous marchions en nouveauté de vie.

En effet, si nous sommes devenus une même plante avec lui par la conformité à sa mort, nous le serons aussi par la conformité à sa résurrection, sachant que notre vieil homme a été crucifié avec lui, afin que le corps du péché fût détruit, pour que nous ne soyons plus esclaves du péché; car
celui qui est mort est libre du péché. Or, si nous sommes morts avec Christ, nous croyons que nous vivrons aussi avec lui, sachant que Christ ressuscité des morts ne meurt plus; la mort n’a plus de pouvoir sur lui. 10 Car il est mort, et c’est pour le péché qu’il est mort une fois pour toutes; il est revenu à la vie, et c’est pour Dieu qu’il vit. 11 Ainsi vous-mêmes, regardez-vous comme morts au péché, et comme vivants pour Dieu en Jésus Christ.

12 Que le péché ne règne donc point dans votre corps mortel, et n’obéissez pas à ses convoitises. 13 Ne livrez pas vos membres au péché, comme des instruments d’iniquité; mais donnez-vous vous-mêmes à Dieu, comme étant vivants de morts que vous étiez, et offrez à Dieu vos membres, comme des instruments de justice. 14 Car le péché n’aura point de pouvoir sur vous, puisque vous êtes, non sous la loi, mais sous la grâce.

15 Quoi donc! Pécherions-nous, parce que nous sommes, non sous la loi, mais sous la grâce? Loin de là!

16 Ne savez-vous pas qu’en vous livrant à quelqu’un comme esclaves pour lui obéir, vous êtes esclaves de celui à qui vous obéissez, soit du péché qui conduit à la mort, soit de l’obéissance qui conduit à la justice? 17 Mais grâces soient rendues à Dieu de ce que, après avoir été esclaves du péché, vous avez obéi de coeur à la règle de doctrine dans laquelle vous avez été instruits. 18 Ayant été affranchis du péché, vous êtes devenus esclaves de la justice. 19 Je parle à la manière des hommes, à cause de la faiblesse de votre chair. -De même donc que vous avez livré vos membres comme esclaves à l’impureté et à l’iniquité, pour arriver à l’iniquité, ainsi maintenant livrez vos membres comme esclaves à la justice, pour arriver à la sainteté.

20 Car, lorsque vous étiez esclaves du péché, vous étiez libres à l’égard de la justice. 21 Quels fruits portiez-vous alors? Des fruits dont vous rougissez aujourd’hui. Car la fin de ces choses, c’est la mort. 22 Mais maintenant, étant affranchis du péché et devenus esclaves de Dieu, vous avez pour fruit la sainteté et pour fin la vie éternelle. 23 Car le salaire du péché, c’est la mort; mais le don gratuit de Dieu, c’est la vie éternelle en Jésus Christ notre Seigneur. (Romains 6:1-23)

Nous ne devons pas tolérer le péché.

Considérez ce qui suit:

15 Vois, je mets aujourd’hui devant toi la vie et le bien, la mort et le mal. 16 Car je te prescris aujourd’hui d’aimer l’Éternel, ton Dieu, de marcher dans ses voies, et d’observer ses commandements, ses lois et ses ordonnances, afin que tu vives et que tu multiplies, et que l’Éternel, ton Dieu, te bénisse dans le pays dont tu vas entrer en possession. 17 Mais si ton coeur se détourne, si tu n’obéis point, et si tu te laisses entraîner à te prosterner devant d’autres dieux et à les servir, 18 je vous déclare aujourd’hui que vous périrez, que vous ne prolongerez point vos jours dans le pays dont vous allez entrer en possession, après avoir passé le Jourdain. 19 J’en prends aujourd’hui à témoin contre vous le ciel et la terre: j’ai mis devant toi la vie et la mort, la bénédiction et la malédiction. Choisis la vie, afin que tu vives, toi et ta postérité, 20 pour aimer l’Éternel, ton Dieu, pour obéir à sa voix, et pour t’attacher à lui: car de cela dépendent ta vie et la prolongation de tes jours, et c’est ainsi que tu pourras demeurer dans le pays que l’Éternel a juré de donner à tes pères,
Abraham, Isaac et Jacob. (Deutéronome 30:15-20)

Jésus a dit :

6 Je suis le chemin, la vérité, et la vie. (Jean 14:6)

Nous devons vivre le mode de vie de Dieu, pas celui de la mort.

Jésus a aussi dit :

48 Je suis le pain de vie. 49 Vos pères ont mangé la manne dans le désert, et ils sont morts. 50 C’est ici le pain qui descend du ciel, afin que celui qui en mange ne meure point. 51 Je suis le pain vivant qui est descendu du ciel. Si quelqu’un mange de ce pain, il vivra éternellement; et le pain que je donnerai, c’est ma chair, que je donnerai pour la vie du monde. (Jean 6:48-51)

La manea était sans levain. Jésus aurait utilisé du pain sans levain lors de Sa dernière Pâque.

Le levain est tout autour et nous le tolérons. Le péché est omniprésent et nous tolérons nos propres péchés plus que nous le devrions.

Vivez une vie sans levain.

Qu’en est-il de Matthieu 26:17?

Certains se sont interrogés sur Matthieu 26:17.

Avant d’obtenir une explication, notez d’abord quelque chose dans Exode :

Vous le garderez jusqu’au quatorzième jour de ce mois; et toute l’assemblée d’Israël l’immolera entre les deux soirs.

On prendra de son sang, et on en mettra sur les deux poteaux et sur le linteau de la porte des maisons où on le mangera.

Cette même nuit, on en mangera la chair, rôtie au feu; on la mangera avec des pains sans levain et des herbes amères. (Exode 12:6-8)

18 Le premier mois, le quatorzième jour du mois, au soir, vous mangerez des pains sans levain jusqu’au soir du vingt et unième jour. (Exode 12:18)

Ainsi, alors que le 14 du mois ne faisait pas partie des sept jours de pain sans levain (qui commençait le 15 : Lévitique 23:6-8), car le pain sans levain faisait partie du repas de la Pâque, mais le pain sans levain était en réalité mangé pas les Hébreux pendant huit jours.

Jésus et ses disciples auraient fait de même.

Maintenant, remarquez ce qui suit :

Matthieu 26:17 appelle la Pâque un jour de pain sans levain. S’il vous plaît, expliquez.

Le pain levé peut être mangé le jour de la Pâque. Mais parce que le pain sans levain était utilisé dans le repas de la Pâque, le jour de la Pâque était considéré comme « le jour des pains sans levain » (Luc 22:7). Le jour de la Pâque est un moment où tout le pain au levain doit être retiré de la maison en préparation des sept Jours des Pains sans levain (la Fête des pains sans levain) qui suivent immédiatement après (Ex. 12:18-19).

Le célèbre historien juif Flavius Josèphe, qui a vécu au même siècle que le Christ, nous dit que la Fête des Pains sans levain a duré pendant sept jours – du 15e au 21e jour du premier mois. La Pâque précédait la Fête, étant le 14e jour. Cependant, les huit jours de la Fête du Printemps étaient communément appelés « la Fête des pains sans levain », c’est-à-dire du 14 au 21. (Voir Antiquities of the Jews, Book II, chapter XV, Book III, chapter X.) (Questions and Answers. Good News magazine, March 1981)

Je devrais peut-être ajouter que la plupart des traductions de Matthieu 26:17 sont trompeuses en ce sens qu’elles indiquent que les Jours des Pains sans levain ont commencé AVANT la Pâque. Ce n’est PAS le cas, comme le montre Lévitique 23:5-8.

En ce qui concerne les problèmes de traduction, l’expression « Jour des Pains sans levain » n’apparaît PAS dans le grec original ni le mot « le ».

Le mot souvent traduit par « premier » dans Matthieu 26:17, protos, peut également être traduit par « avant » :

NT: 4413

GREC> protos (pro’-tos); superlatif contracté de NT: 4253; avant tout (en temps, lieu, ordre ou importance) :

LSG – avant, début, meilleur, chef (-est), premier (avant tout), ancien. (Biblesoft’s New Exhaustive
Strong’s Numbers and Concordance with Expanded Greek-Hebrew Dictionary.
Copyright © 1994, 2003,
2006 Biblesoft, Inc. and International Bible Translators, Inc.
)

Ainsi, une interprétation plus littérale de ce verset serait :

Or, avant les Jours des Pains sans levain, les disciples s’approchèrent de Jésus et lui dirent: « Où veux-tu que nous nous te préparions le repas de la Pâque? » (Matthieu 26:17, traduit plus littéralement).

Les Jours des Pains sans levain ne commencent PAS avant la Pâque. Et du pain sans levain était réellement mangé pendant huit jours.

Que représentent-ils? Ont-ils été éliminés?

Plusieurs ne comprennent pas ce que ces jours représentent.

Nous, Chrétiens, observons que Jésus a payé la peine pour nos péchés lors de la Pâque et que nous devons essayer de vivre comme Il a vécu, sans péché et sans hypocrisie, ce que le levain peut symboliquement représenter (Luc 12:1).

Feu Herbert W. Armstrong a écrit :

But du festival

Mais laissez-nous en apprendre toute la signification. POURQUOI Dieu a-t-il ordonné ces jours de fête? Quel était son grand BUT? Passons maintenant à Exode 13, verset 3 : « Moïse dit au peuple: Souvenez-vous de CE JOUR, où vous êtes sortis d’Égypte … » C’était le 15 du mois des épis / Nisan. Verset 6 : « Pendant sept jours, tu mangeras des pains sans levain; et le septième jour, il y aura une fête en l’honneur de l’Éternel » … C’est en mémoire DE CE que l’Éternel a fait pour moi [un MÉMORIAL] … et « ce sera pour toi comme un SIGNE –
(PREUVE miraculeuse) … « sur ta main et comme un SOUVENIR entre tes yeux. » POURQUOI? – « afin que la loi de l’Éternel soit dans ta bouche… Tu observeras cette ordonnance… »

Oh, frères bien-aimés, voyez-vous le merveilleux sens? Comprenez-vous la vraie signification de tout cela? Voyez-vous le BUT de Dieu? La PÂQUE représente la MORT DU CHRIST pour la rémission des péchés qui
sont passés. L’acceptation de Son sang ne pardonne pas les péchés que nous COMMETTRONS – cela ne nous donne pas une LICENCE de continuer à pécher – par conséquent, LORSQUE nous l’acceptons, nos péchés ne sont pardonnés que jusqu’à ce temps-là – les PÉCHÉS PASSÉS.

Or allons-nous nous arrêter là? Les péchés passés pardonnés. Mais nous sommes toujours des êtres de chair. Nous allons encore subir des tentations. Le péché nous a tenus dans son emprise – nous avons été esclaves du péché, dans sa puissance. Et nous sommes impuissants à nous en délivrer! Nous avons été sous le JOUG du pécher. Essayons de comprendre ce symbole – le sens. (Armstrong HW. What You Should Know About the Passover and Festival of Unleavened Bread. Good News, March 1979).

Dans quelle mesure les chrétiens devraient-ils s’empêcher de pécher?

Complètement.

Comme Jésus l’a enseigné, « Soyez donc parfaits, comme votre Père céleste est parfait. » (Matthieu 5:48). Le
levain peut symboliquement être un type de péché. (cf. 1 Corinthiens 5:7-8)

Comme le péché, le levain gonfle. Puisque sept est le nombre de Dieu symbolisant la complétude, les Chrétiens doivent observer la Pâque avec sept jours de pain sans levain. La signification et le symbolisme ne sont pas complets avec seulement la Pâque. La Pâque représente l’acceptation du sang du Christ pour la rémission des péchés passés et la mort de Jésus.

Devrions-nous laisser le Christ suspendu symboliquement à l’arbre (Galates 3:13)? Les sept jours de pain sans levain qui suivent la Pâque nous aident à comprendre l’abandon complet du péché, l’observance des commandements – après que les péchés passés ont été pardonnés à la suite du sacrifice de Jésus.

Les Jours des Pains sans levain illustrent la vie et l’œuvre de Jésus ressuscité. Jésus est monté sur le trône de Dieu où il travaille activement pour nous en tant que souverain sacrificateur, nous purifiant du péché (Hébreux 2:17-18), nous délivrant complètement de sa puissance!

Ces jours ont-ils été éliminés? Remarquez quelque chose d’autre que Herbert W. Armstrong a écrit :

Pas aboli avec l’ancienne alliance

Observez que les Jours des Pains sans levain sont une PÉRIODE, ayant deux SABBATS. Et cette PÉRIODE est établie POUR TOUJOURS – alors que les Israélites étaient encore en Égypte – avant que la loi cérémonielle de Moïse ait été donnée ou écrite – avant même que Dieu ne propose l’ancienne alliance! Ce que la loi de Moïse, ou l’ancienne alliance, n’a pas apporté ou institué, ILS NE PEUVENT PAS L’ABOLIR! Dans la traduction de Fenton, le 17e verset est traduit : « Conservez en conséquence cette période comme une institution durable. » La période entière est incluse.

Cela SEUL devrait prouver que les JOURS SAINTS – et les sept Jours des Pains sans levain – sont obligatoires aujourd’hui et à jamais!

Maintenant, si ces textes s’appliquent au 15e, et non au 14e, comme ils le font assurément, et sont ici prouvés de manière concluante, alors la Pâque est-elle établie POUR TOUJOURS? En effet, elle l’est! Mais CES textes ci-dessus font référence à la FÊTE et non à la PÂQUE. Dans le paragraphe commençant par Exode 12:21, on parle à nouveau de la PÂQUE, et le verset 24 l’établit POUR TOUJOURS! . . .

Observer la Pâque seule, puis ne pas observer les sept Jours des Pains sans levain signifie, dans le symbolisme,
accepter le sang de Jésus Christ et continuer à pécher – pour ainsi dire. . . la LOI est abolie, nous sommes sous la grâce, ce qui signifie une licence, pour continuer dans le péché!

Les sept Jours des Pains sans levain décrivent la manière dont les commandements sont observés, ce qui est une autre façon de dire abandonner le péché. (Armstrong HW. What You Should Know About the Passover and Festival of Unleavened Bread. Good News, March 1979).

Les premiers Chrétiens ne croyaient pas que les Jours des Pains sans levain étaient abolis. Ils les ont observés. Dans l’Église Continue de Dieu, nous les observons aujourd’hui.

Observer les Jours des Pains sans levain est un signe de fidélité

Dans Exode, il est dit que les Jours des Pains sans levain « sera pour toi comme un signe sur ta main et comme un souvenir entre tes yeux, afin que la loi de l’Éternel soit dans ta bouche » (13:9). Observer les sept jours de pain sans levain nous rappelle que nous devons vivre dans la sincérité et la vérité en observant la loi de Dieu – nous ne continuons pas dans la fausse religion, nous ne continuons pas dans le péché.

Les personnes qui ne respectent pas les Jours des Pains sans levain ne sont pas rappelées la fausse religion et le péché dans ce symbole durant l’année; peut-être qu’ils ne veulent pas en être rappelé.

Pourquoi sept jours?

Dans la Bible, Dieu semble utiliser le chiffre sept pour montrer sa complétude. Il y a sept jours dans une semaine (Exode 20:6), sept jours de la création (Genèse 1,2), sept églises dans Apocalypse 2 et 3, sept chandeliers (Apocalypse 1:20), sept jours de la Fête des Tabernacles (Lévitique 23:34), etc. Les sept Jours des Pains sans levain semblent indiquer qu’après le pardon de nos péchés par le sacrifice de Jésus (Romains 3:25, I Corinthiens 5:7), nous ne devons plus continuer de marcher dans nos anciennes manières, mais de suivre les véritables voies de la Bible (I Corinthiens 5:8). Les Jours des Pains sans levain nous aident à comprendre que
le péché doit être éliminé de notre vie; tout au long de l’année, cela nous rappelle que la fausse religion est omniprésente et doit être évitée.

Bien que certains problèmes spirituels dans nos vies semblent cachés comme certaines formes de levain et plus difficiles à éliminer, la Bible nous enseigne :

13 Je puis tout par celui qui me fortifie. (Philippiens 4:13)

24 Or, à celui qui peut vous préserver de toute chute et vous faire paraître devant sa gloire irrépréhensibles et dans l’allégresse. (Jude 24)

La période annuelle des Jours des Pains sans levain nous aide à nous recentrer sur notre quête de la perfection, comme l’a enseigné Jésus (Matthieu 5:48), et peut aider à rompre suffisamment notre routine habituelle pour que nous puissions tout surmonter à travers Jésus-Christ.

Un avertissement

Maintenant, il est intéressant de noter que Jude a averti que :

4 Car il s’est glissé parmi vous certains hommes, dont la condamnation est écrite depuis longtemps, des impies, qui changent la grâce de notre Dieu en dissolution, et qui renient notre seul maître et Seigneur Jésus Christ. (Jude 4)

Ceci est intéressant car dans le verset suivant, il lie ce problème à la délivrance (d’Égypte) pendant les Jours des Pains sans levain (qui devraient être observés comme un rappel annuel du péché
et de la délivrance, Exode 13:3-10, 1 Corinthiens 5:8).

5 Je veux vous rappeler, à vous qui savez fort bien toutes ces choses, que le Seigneur, après avoir sauvé le peuple et l’avoir tiré du pays d’Égypte, fit ensuite périr les incrédules. (Jude 5)

De la même manière, juste à cause du sacrifice de Jésus « Il avait laissé impunis les péchés commis auparavant » (Romains 3:25), il peut ensuite détruire « ceux qui n’ont pas cru. »
Comment savez-vous si vous avez vraiment la foi et croyez? En faisant ce que Dieu dit.

Jacques avertit : « Tu crois qu’il y a un seul Dieu, tu fais bien; les démons le croient aussi, et ils tremblent. Veux-tu savoir, ô homme vain, que la foi sans les oeuvres est inutile? » (Jacques 2:19-20). De la même manière, Paul à écrit : « Ce ne sont pas, en effet, ceux qui écoutent la loi qui sont justes devant Dieu, mais ce sont ceux qui la mettent en pratique qui seront justifiés. » (Romains 2:13). Notez aussi l’avertissement dans Hébreux : « Car, si nous péchons volontairement après avoir reçu la connaissance de la vérité, il ne reste plus de sacrifice pour les péchés, mais une attente terrible du jugement et l’ardeur d’un feu qui dévorera les rebelles. » (Hébreux 10:26-27).

Comme dans l’Ancien Testament (Exode 12:15,19), le Nouveau Testament nous enseigne : « Faites disparaître
le vieux levain… » (1 Corinthiens 5:7).

D’un point de vue physique, il est facile de ne pas obéir à ces enseignements. Physiquement, il est plus facile de ne pas faire disparaître ou enlever tout le levain de nos habitations. Mais spirituellement, en n’observant pas les Jours des Pains sans levain, beaucoup ne comprennent pas qu’ils doivent vivre selon la voie que Jésus a enseigné – beaucoup acceptent une fausse religion extérieure! Jésus a dit : « Si vous m’aimez, gardez mes commandements. » (Jean 14:15)

En ne gardant pas les Jours des Pains sans levain, plusieurs se sont laissés prendre par une religion basée sur les traditions d’hommes au lieu des commandements de Dieu!

La Bible versus les « traditions d’hommes »

Croyez-le ou non, Jésus a rencontré le même problème à Son époque.

Les chefs religieux (les Pharisiens) ont été condamnés parce que « Vous annulez ainsi la parole de Dieu au profit de votre tradition. » (Matthieu 15: 6). Bien que les traditions des hommes disent que Jésus a condamné les Pharisiens pour avoir observé la loi, le contraire est vrai. Rappelez-vous que Jésus leur a dit « vous êtes pleins d’hypocrisie et d’iniquité » (Matthieu 23:28). En fait, ils prétendaient croire en la Bible, mais enseignaient que leur compréhension (l’herméneutique en termes modernes) était plus importante que les commandements littéraux de la Bible (Marc 7:8-9).

Ce problème existe encore de nos jours.

Beaucoup de professant Chrétiens croient que les lois et les Jours saints de Dieu ne sont plus en vigueur, même si tous les Dix commandements sont expressément prescrits dans le Nouveau Testament et que tous les Jours saints bibliques sont mentionnés après la crucifixion de Jésus (le pain sans levain est également mentionné avant le mont Sinaï dans Genèse 19:3).

L’apôtre Paul a averti :

7 …qui vous a arrêtés, pour vous empêcher d’obéir à la vérité? 8 Cette influence ne vient pas de celui qui vous appelle. 9 Un peu de levain fait lever toute la pâte. (Galates 5:7-9).

Paul avertissait les Chrétiens qu’ils ne devraient pas permettre les petits compromis avec le monde (y compris,
apparemment, les arguments d’amis ou de connaissances) les affecter. Les Chrétiens qui ont observé les Jours des Pains sans levain l’ont compris à cette époque, et le comprennent encore aujourd’hui.

Un petit péché n’est pas bon.

Jésus a averti dans Matthieu 7:21-22 :

« Ceux qui me disent: Seigneur, Seigneur! n’entreront pas tous dans le royaume des cieux, mais celui-là seul qui fait la volonté de mon Père qui est dans les cieux. Plusieurs me diront en ce jour-là: Seigneur, Seigneur, n’avons-nous pas prophétisé par ton nom? n’avons-nous pas chassé des démons par ton nom? et n’avons-nous pas fait beaucoup de miracles par ton nom? »

(Jésus parle de ceux qui prétendent être Chrétiens!)

23 Alors je leur dirai ouvertement: Je ne vous ai jamais connus, retirez-vous de moi, vous qui commettez l’iniquité. (Matthieu 7:23).

En plus de 1 Corinthiens 5:7-8, nous pouvons voir que les Jours des Pains sans levain devaient encore être observés après la crucifixion. Dans Actes 12:3, il est dit que « c’était pendant les Jours des Pains sans levain ». Il ne dit pas que ces jours ont été éliminés.

En outre, Luc a écrit :

6 …après les Jours des Pains sans levain, nous nous embarquâmes à Philippes. (Actes 20:6)

Maintenant, Philippes était (selon le dictionnaire biblique de Smith) une ville païenne.

Même le saint et patriarche grec orthodoxe Jean Chrysostome s’est rendu compte que ce qui précède était la preuve que Paul avait gardé les Jours des Pains sans levain comme Jean l’a écrit :

« … après les jours des pains sans levain, nous nous embarquâmes à Philippes, et, au bout de cinq jours, nous les rejoignîmes à Troas, où nous passâmes sept jours. » Car il me semble qu’il n’a pas manqué de garder les fêtes dans les grandes villes. (John Crysostom. Homily 43 on the Acts of the Apostles. Translated by J. Walker, J. Sheppard and H. Browne, and revised by George B. Stevens. From Nicene and Post-Nicene Fathers, First Series, Vol. 11. Edited by Philip Schaff. (Buffalo, NY: Christian Literature Publishing Co., 1889)

C’était en Macédoine et était gouverné par les Romains – ainsi garder ces jours n’était pas limité à un endroit comme Jérusalem. Ainsi, à au moins deux endroits dans le Nouveau Testament, dans les régions des Gentils, nous voyons que les Jours des Pains sans levain devaient être observés (1 Corinthiens 5:7; Actes 20:6). Si les Chrétiens ne devaient pas garder les Jours des Pains sans levain, pourquoi Luc et Paul ne l’ont-ils pas dit? Pourquoi Paul a-t-il dit de les garder?

(Un article d’intérêt connexe peut être Tradition and Scripture: From the Bible and Church Writings.)

Maintenant, en ce qui concerne les traditions, les traditions qui sont conformes aux Écritures sont bonnes et
doivent souvent être suivies. Considérez ce qui suit de l’apôtre Jean :

18 Petits enfants, c’est la dernière heure, et comme vous avez appris qu’un antéchrist vient, il y a maintenant plusieurs antéchrists: par là nous connaissons que c’est la dernière heure. 19 Ils sont sortis du milieu de nous, mais ils n’étaient pas des nôtres; car s’ils eussent été des nôtres, ils seraient demeurés avec nous, mais cela est arrivé afin qu’il fût manifeste que tous ne sont pas des nôtres. (1 Jean 2:18-19)

Il est bien connu qu’un des plus anciens changements documentés dans les pratiques de l’apôtre Jean ont eu lieu lorsque d’autres ont changé la date de la Pâque à un dimanche. Ceux qui l’ont fait, apparemment, n’ont PAS gardé les Jours des Pains sans levain, puisque leurs descendants spirituels aujourd’hui ne les observent pas.

Mais ceux qui suivaient les pratiques de Jean observaient les Jours des Pains sans levain près d’un siècle après sa mort, selon un écrit de Polycrates (cité ailleurs dans cet article).

Ce que certains disent

L’Église Universelle de Dieu enseignait et observait officiellement les Jours des Pains sans levain. Mais le groupe a cessé de le faire (et il ne s’appelle plus l’Église universelle de Dieu maintenant, mais Grace Communion International).

Dans le numéro de février 1999 de sa publication officielle The Worldwide News (WWN), il contenait les informations suivantes dans un article de Don Mear :

« Nous savions que Jésus nous avait commandé de « manger sa chair et de
boire son
sang » en prenant le pain et le vin de communion. Et nous avons compris qu’en agissant de la sorte, nous prenions part à l’Agneau de Dieu. Nous le faisions chaque année parce que nous voyons l’Agneau de Dieu comme l’agneau de la Pâque, et nous savions que la Pâque était une célébration annuelle. Mais Jésus est plus que l’agneau de la Pâque … L’auteur d’Hébreux a souligné que nous, les Chrétiens, « Nous avons un autel dont ceux qui font le service au tabernacle n’ont pas le droit de manger. » Son implication est que, tout comme ils avaient leur autel, nous avions notre propre autel. Et par extension, aussi librement qu’ils mangent de la leur, nous pouvons manger de la nôtre. Cela nous amène à la conclusion que les Chrétiens, qui sous la nouvelle alliance, sont une nation de prêtres (1 Pierre 2:9), peuvent manger de l’Agneau sacrificiel de Dieu aussi librement et fréquemment que les prêtres de l’ancien
Testament. Nous ne sommes pas limités à manger l’agneau de Dieu qu’une fois par an, pas plus qu’ils ne l’étaient. Jésus est toujours notre offrande pour le péché; il est toujours l’offrande de notre culpabilité; il est toujours notre paix et notre offrande de remerciement … Remercions Dieu notre Père pour la communion qu’il nous donne avec Lui-même dans Son Fils bien-aimé! »

Bien que la citation précédente suggère le contraire, le fait est que les prêtres Lévitiques ne mangeaient la Pâque qu’une fois par an.

Si les Jours des Pains sans levain étaient toujours observés en conjonction avec la Pâque (ce qu’ils sont toujours dans la Bible), alors le genre de logique dans l’article du WWN se révélerait faux. Si à chaque fois que l’on consommait les symboles représentant le corps et le sang de Jésus, il fallait également garder pendant sept jours les Pains sans levain et que cela se produisait chaque semaine, ceux-là ne consommeraient jamais de pain ordinaire!

Maintenant, pour ceux qui soutiennent que garder les Jours des Pains sans levain n’est qu’une chose physique, il y a deux points à prendre en compte : le point de purger le levain est d’éliminer le péché de notre vie (qui est spirituelle) et de consommer « l’Agneau de Dieu » est aussi physique (avec des implications spirituelles). Faire l’un sans l’autre me rappelle certaines religions asiatiques qui estiment que tourner un moulin à prières équivaut à passer des heures à prier. Ces adeptes pensent probablement à une divinité avant de tourner la roue, mais est-ce ainsi que Dieu veut vraiment être adoré? Approuve-t-il d’autres « traditions des hommes » sur Sa parole?

Maintenant, il est vrai que le levain n’est pas toujours identifié comme mauvais. Jésus a même déclaré : « A quoi comparerai-je le royaume de Dieu? Il est semblable à du levain qu’une femme a pris et mis dans trois mesures de farine, pour faire lever toute la pâte. » (Luc 13:20-21). Cette parabole semble illustrer le fait que, même si le levain était caché au début, tous connaîtront à l’avenir la vraie religion. Ce qui est conforme à Habacuc 2:14, « Car la terre sera remplie de la connaissance de la gloire de l’Éternel, Comme le fond de la mer par les eaux qui le couvrent. » Ainsi, le levain peut être un symbole de la fausse religion maintenant, mais la
vraie religion à l’avenir.

Les premiers Chrétiens ont-ils observé les Jours des Pains sans levain?

Jésus a observé les Jours des Pains sans levain. Et même qu’il le faisait souvent à Jérusalem (cf. Luc 22:1, 7), il
semblait aussi avoir observé les Jours des Pains sans levain en Galilée ou à proximité (Luc 6:1, le Commentaire de Clarke sur la Bible).

Certains peuvent se demander si les premiers chrétiens ont observé les Jours des Pains sans levain. Comme indiqué précédemment, Paul a enseigné qu’ils le devraient. Mais qu’en est-il des autres?

Un théologien a rapporté :

Pour les premiers Chrétiens, la récurrence annuelle de la Pâque devait rappeler un souvenir vivant de tout ce qui s’était passé lors de la Pâque de 29 A.D. Ces associations ont rapidement donné un sens Chrétien au mot Pascha. « Le Christ notre Pacha est sacrifié pour nous », écrivait saint Paul; et le Sacrifice et la Résurrection, dont on se souvenait d’abord, peut-être, avec la nuit de l’Exode, devinrent bientôt la principale et unique raison d’observer la Fête des Pains sans levain. (Gorham
ES. History of the church to A.D. 325.  1905.  Original from Columbia University, Digitized Aug 14, 2009, pp. 129-130
)

Et bien que Jésus ait apparemment été crucifié un an ou deux plus tard et qu’il existe de nombreuses raisons pour observer la Fête des Pains sans Levain, il est vrai que les fidèles l’ont observée depuis les temps les plus anciens et qu’ils ont compris que les écrits de Paul le supportaient également.

Un document très ancien, probablement altéré au 4e siècle (cf. Monroy MS. The Church of Smyrna: History and Theology of a Primitive Christian Community. Peter Lang edition, 2015, p. 31), intitulé The Life of Polycarp, mentionne spécifiquement la Pâque, les Jours des Pains sans levain et la Pentecôte. Notez que cela montre que l’apôtre Paul a approuvé son observance :

Pendant les Jours des Pains sans levain, Paul, venant de Galatie, arriva en Asie, considérant le repos des fidèles à Smyrne comme un grand rafraîchissement en Jésus-Christ après son travail pénible, et avait ensuite l’intention de partir pour Jérusalem. Alors à Smyrne, il alla rendre visite à Strataeas, qui avait été son auditeur en Pamphylie, étant un fils d’Eunice, fille de Lois. Ce sont ceux dont il fait mention en écrivant à Timothée, en disant : De la foi sincère qui est en toi, qui a habité en premier dans ta grand-mère Lois et dans ta mère Eunice; d’où nous trouvons que Strataeas
était un frère de Timothée. Puis, entrant dans sa maison et rassemblant ses fidèles, Paul leur parle de la Pâque et de la Pentecôte, leur rappelant la Nouvelle Alliance de l’offrande du pain et de la coupe; comment ils devraient assurément la célébrer pendant les Jours des Pains sans levain, mais de retenir le nouveau mystère de la Passion et de la Résurrection. Car ici l’apôtre enseigne clairement que nous ne devons pas la garder en dehors de la saison des pains sans levain, comme le font les hérétiques, en particulier les Phrygiens … mais nommé les Jours des Pains sans levain, de la Pâque et de la Pentecôte, ratifiant ainsi l’Évangile (Pionius.
Life of Polycarp, Chapter 2. Translated by J. B. Lightfoot, The Apostolic Fathers, vol. 3.2, 1889, pp.488-506).

Notez que l’Apôtre Paul enseignait aux Gentils d’observer ces jours. Strataeas (d’après Monroy,
Mauricio Saavedra. The Church of Smyrna: History and Theology of a Primitive Christian Community.
Peter Lang edition, 2015, p. 190) est identique à Thraseas. Polycrates mentionne Thraseas comme un autre chef fidèle qui célébrait la Pâque le 14 de Nisan.

De plus, Polycarpe observait les Jours des Pains sans levain, diverses « fêtes juives » et est même allé à Rome
et a demandé à l’évêque d’observer la Pâque sur le bon jour (ceci est documenté dans l’article Polycarp of Smyrna: The Heretic Fighter). Polycarpe est considéré comme un saint par les Catholiques, les Orthodoxes, de nombreux Protestants et ceux de l’Église de Dieu. Pourtant, parmi ces groupes, seule la véritable Église de Dieu continue ses pratiques en ce qui concerne les Jours Saints.

Des preuves supplémentaires se trouventvdans le Marytyrdom of Polycarp :

0 L’Église de Dieu qui séjourne à Smyrne, à l’Église de Dieu séjournant à Philomélion et à toutes les congrégations de la Sainte et Catholique église en tous lieux: Miséricorde, paix et amour de la part de Dieu notre Père et de notre Seigneur Jésus-Christ, soyez multiplié. …

VII Alors ses poursuivants, accompagnés de cavaliers et emmenant le jeune homme, sortirent à l’heure du souper le jour de la préparation avec leurs armes habituelles, comme s’ils sortaient contre un voleur. … VIII … et le conduisit dans la ville, le jour étant celui du grand Sabbat. …

XXII Maintenant, le Polycarpe béni a été martyrisé le deuxième jour du mois. Xanthicus
vient juste de commencer, le septième jour précédant les Calendes de mai, le grand Sabbat, à la huitième heure. (Martyrdom of Polycarp. Roberts & Donaldson translation)

L’utilisation de ces deux expressions « jour de la préparation » et « grand Sabbat » indique clairement que
ceux de la région de Polycarpe observaient encore le Sabbat et les Jours Saints vers la fin du deuxième siècle. Autrement, comme l’Asie Mineure (y compris Smyrne) était une région des Gentils, les termes préparation et Grand Sabbat n’auraient pas été pertinents. Il convient également de noter que l’Église de Rome n’utilisait PAS le terme « Église Catholique » pour elle-même à cette époque. Il a été utilisé pour décrire l’Église de Dieu à Smyrne, non seulement dans ce document, mais également dans la Letter to the Smyrnaeans des décennies plus tôt. L’Église de Rome adopta plus tard ce titre, car, par un décret de l’Empereur Théodose, relatif au Concile de Constantinople en 381, les détenteurs des croyances de l’Église de Dieu sur la Divinité n’étaient plus
autorisés à l’utiliser.

Bien que beaucoup prétendent que Polycarpe a été tué en février, l’idée d’un Grand Sabbat ferait référence à un Jour Saint, qui aurait ou n’aurait peut-être pas tombé sur le jour communément appelé samedi. Pourtant, le jour de la préparation y étant associé, le martyre a probablement eu lieu un samedi. Certains érudits, comme Adolphus Hilgenfeld, ont conclu que Polycarpe avait été tué le Premier Jour des Pains sans levain :

Hilgenfeld … adopte le jour donné par le Paschale Chronicle, vii Kal. April. …, de sorte que Polycarpe a dû souffrir le 15 de Nisan, c’est-à-dire le Premier Jour des Pains sans levain. (Lightfoot JB. S. Ignatius. S. Polycarp: Revised Texts with Instructions, Notes, Dissertations, and
Translations, Volume 1, 2nd edition. Macmillan, 1889. Original from the University of California Digitized Feb 1, 2012, p. 45
)

Bucher … calcule en outre que, dans l’an 169, le 26 mars coïncidait avec le 15 de Nisan, le Premier Jour des Pains sans levain. De la même manière, Ussher … adopte 169 comme l’année du martyre et
accepte le jour tel qu’il est indiqué dans le Paschale Chronicle. (Ibid, p. 702)

Il existe également une confirmation supplémentaire du fait que ceux de Smyrne ont observé les mêmes jours sacrés au troisième siècle. Remarquez quelque chose relatif à l’ancien Pionios (et prétendu saint catholique romain) au milieu du troisième siècle :

2. Le deuxième jour du sixième mois, à l’occasion d’un Grand Sabbat et de l’anniversaire du bienheureux martyr Polycarpe, alors que la persécution de Decius se poursuivait, le presbytre Pionios fut arrêté …

3. C’était samedi et après qu’ils eurent prié et pris le pain sacré avec de l’eau, Polémon le verger du temple les rejoignit avec ses hommes afin de rechercher les Chrétiens et de les traîner pour offrir des sacrifices et goûter aux viandes défendues. « Vous êtes sûrement au courant, » dit le verger, « du décret de l’empereur nous ordonnant de sacrifier aux dieux. » « Nous sommes conscients, » dit Pionios, « des commandements de Dieu nous ordonnant de l’adorer seul. »

Polémon dit : « Viens donc au marché; là tu changeras d’avis. »

Sabina et Asclépiades ont déclaré : « Nous obéissons au Dieu vivant. » Il les conduisit alors sans contrainte et, tout en marchant, tout le monde s’aperçut qu’ils portaient leurs chaînes, et une telle foule se pressa de se hâter pour un spectacle étrange, ce qui les poussa à se bousculer. Au moment où ils entraient dans le forum, près de Stoa à l’est et de la double porte, tout le forum et les étages supérieurs des porches étaient remplis de Grecs, de Juifs et de femmes. Ils étaient en vacances parce que c’était un Grand Sabbat. Ils s’approchèrent, regardant les marches du tribunal et les urnes de vote. (The Martyrdom of Pionius and his Companions, Chapters 2,3. Text from H. Musurillo, The Acts of the Christian Martyrs (Oxford, 1972), 137-167. http://archive.is/abf7S accessed 07/25/15)

Ainsi, les Jours des Pains sans levain étaient observés pendant le deuxième et troisième siècles en Asie Mineure par ceux qui essayaient d’être fidèles.

Notez en plus ce que l’écrivain catholique Eusèbe a rapporté que Polycrate d’Éphèse, vers 195 apr. J.-C., écrivit ce qui suit à l’évêque romain Victor, comme le montrait les écrits précédents, souhaitait que tous ceux qui professaient le Christ changent la Pâque du 14 de Nisan au dimanche :

Nous observons le jour exact; sans ajouter, sans enlever. Car en Asie aussi de grandes lumières se sont endormies, qui ressusciteront le jour de la venue du Seigneur, quand il viendra avec la gloire du ciel et recherchera tous les saints. Parmi eux, Philippe, l’un des douze apôtres, s’est endormi à Hiérapolis; et ses deux filles âgées vierges et une autre fille, qui vivaient dans le Saint-Esprit et se reposent maintenant à Éphèse; et, de plus, Jean, qui était à la fois témoin et enseignant, se couchait sur le sein du Seigneur et, en tant que prêtre, portait la plaque sacerdotale. Il s’est endormi à Éphèse. Et Polycarpe à Smyrne, qui était évêque et martyr; et Thraseas, évêque et martyr d’Eumenia, qui s’est endormi à Smyrne. Pourquoi dois-je mentionner l’évêque et martyr Sagaris qui s’est endormi à Laodicée, ou le bienheureux Papirius, ou Méliton, l’eunuque qui vivait entièrement dans le Saint-Esprit et qui repose à Sardes, attendant l’épiscopat du ciel, quand il se lèvera de la mort? Tous ceux-ci ont observé le quatorzième jour de la Pâque selon l’Évangile, ne déviant en rien, mais suivant la règle de la foi. Et moi aussi, Polycrates, le dernier d’entre vous, agis selon la tradition de mes proches, dont il y en a que j’ai suivi de près. Sept de mes parents étaient des évêques; et je suis le huitième. Et mes proches ont toujours observé le jour où les gens éliminaient le levain. Ainsi, mes frères, moi qui ai vécu soixante-cinq ans dans le Seigneur, et rencontré les frères dans le monde entier et passé en revue toutes les Saintes Écritures, je ne suis pas effrayé par des paroles terrifiantes. Pour ceux qui sont plus grands que moi, j’ai dit : « Nous devons obéir à Dieu plutôt qu’à l’homme » (Eusebius. Church History, Book V, Chapter 24. Translated by Arthur Cushman McGiffert. Excerpted from Nicene and Post-Nicene Fathers, Series Two, Volume 1. Edited by Philip Schaff and Henry Wace. American Edition, 1890).

Notez que Polycrate a déclaré que lui et les autres dirigeants de l’église originale (comme les apôtres Philippe et Jean et leurs successeurs tels que Polycarpe, Thraseas, Eumenia, Sagaris, Papirius, Méliton) ne s’écarteraient pas de la Bible et qu’ils savaient que la Bible leur enseignait d’observer la Pâque à la bonne date et non sur un dimanche. Notez aussi qu’ils ont toujours observé le jour où les gens éliminaient le levain. Polycrate a également rappelé à l’Évêque de Rome que les vrais disciples du Christ « obéissent à Dieu plutôt qu’aux hommes ».

Jude a écrit aux Chrétiens « combattre pour la foi qui a été transmise aux saints une fois pour toutes.» (Jude 3). Et il est enregistré que les fidèles Chrétiens de l’Église de Dieu combattaient pour cette foi.

Remarquez ce qu’un érudit protestant respecté a rapporté à propos du deuxième siècle :

Les églises de l’Asie mineure… Le plus important de cette fête était le jour de la Pâque, le 14 de Nisan… On y mangeait du pain sans levain, probablement comme les Juifs, pendant huit jours … il n’y a pas trace d’un festival annuel de la résurrection parmi eux… les Chrétiens d’Asie Mineure ont fait appel à Jean en faveur de la solennité de la Pâque le 14e jour de Nisan  (Gieseler, Johann Karl Ludwig.  A Text-book of Church History. Translated by Samuel Davidson, John Winstanley Hull, Mary A. Robinson. Harper & brothers, 1857, Original from the University of Michigan, Digitized Feb 17, 2006, p. 166).

Ainsi, à l’instar de l’Apôtre Jean (le dernier des premiers apôtres à mourir), les premiers Chrétiens fidèles d’Asie mineure ont observé la Pâque et les Jours des Pains sans levain.

Il existe un faux document, probablement datant du troisième siècle, qui mentionnait les Jours des Pains sans levain :

17 Nous lui avons dit: Seigneur, après combien d’années cela arrivera-t-il? Il nous a dit: Quand la centième part et la vingtième part seront accomplies entre la Pentecôte et la Fête des pains sans levain, alors viendra mon Père (so Copt.: When an hundred and fifty years are past, in the days of the feast of Passover and Pentecost, &c., Eth.: . . . (imperfect word) year is fulfilled, between the unleavened bread and Pentecost shall be the coming of my Father, Lat.). (The Epistula Apostolorum from Montague Rhode James in The Apocryphal New Testament (Oxford: Clarendon Press 1924), pp. 485-503)

17 … Nous lui avons dit: « Seigneur, ce que tu nous as révélé au début sont de grandes choses. En quelle sorte de grande puissance viendras-tu? Ou quelle sorte d’état perceptible? » Il a
répondu et nous a dit: « Amen, je vous dis que je viendrai comme le soleil qui brille, ma lumière est sept fois plus grande que (le soleil) de ma gloire. Les ailes des nuages me portant dans la gloire et le signe de la croix devant moi, je viendrai sur la terre et rendrai justice aux vivants et aux morts. »
Nous lui avons dit: « Seigneur, après combien d’années ces choses arriveront-elles. » Il nous a dit: « Si la part de cent et la part de vingt sont complètes au milieu de la Pentecôte et de la Fête des Pains sans levain, le retour du Père aura lieu.
(The Epistula Apostolorum. English translation of the Coptic text Anthony Alcock. https://archive.org/stream/EpistulaApostolorum/EpistulaApostolrum_djvu.txt accessed 11/18/15)

Cela signifie vraisemblablement que certains observaient les Jours des Pains sans levain et estimaient que ceux-ci pouvaient s’appliquer dans le futur.

Mais certains qui professaient le christianisme commençaient à s’interroger. Origène d’Alexandrie a notamment écrit :

Quelques points peuvent être ajoutés à propos des doctrines à l’étude, mais il nécessiterait une discussion spéciale en plusieurs volumes pour traiter de toutes les déclarations mystiques sur la loi, et en particulier de celles liées aux festivals, et plus particulièrement encore, la Pâque. La Pâque des Juifs consiste en le sacrifice d’un mouton, chacun prenant un mouton selon la maison de son père; et la pâque est accompagnée du sacrifice de milliers de béliers et de chèvres, proportionnellement au nombre de maisons du peuple. Mais notre Pâque est sacrifiée pour nous, à savoir le Christ. Une autre caractéristique de la fête juive est le pain sans levain; tout le levain doit disparaître de leurs maisons; mais, « non avec du vieux levain, non avec un levain de malice et de méchanceté, mais avec les pains sans levain de la pureté et de la vérité. » Que ce soit une pâque ou autre fête de levain au-delà des deux dont nous avons mentionnées, c’est un point que nous devons examiner plus attentivement, car ils servent à représenter un modèle de celles des cieux dont nous avons mentionnées, et pas seulement concernant la nourriture, la boisson, les nouvelles lunes et les Sabbats, mais les fêtes aussi sont une ombre des choses à venir. En premier lieu, quand l’apôtre dit: « Christ, notre Pâque, a été immolé », on peut ressentir à ce sujet de telles doutes. …

J’en arrive à cette observation par Jean qui me dit: « Et le pain que je donnerai, c’est ma chair, que je donnerai pour la vie du monde. » De nouveau, nous mangeons la chair de l’agneau, avec des herbes amères et des pains sans levain, lorsque nous nous repentons de nos péchés et nous nous affligeons du chagrin qui est selon Dieu, un repentir qui agit pour notre salut et on ne doit pas s’en repentir; ou lorsque, à cause de nos épreuves, nous nous tournons vers les spéculations qui se révèlent être celles de la vérité et on se nourrit d’elles. …

Mais quand la nuit sera passée et que le jour qui suivra sera proche, alors nous aurons du pain à manger qui n’a rien à voir avec le pain avec levain de l’ancien et inférieur état de la situation, mais qui est sans levain et qui servira notre tour jusqu’à ce que ce qui vient après le pain sans levain nous soit donné, la manne, qui sert de nourriture aux anges plutôt qu’aux hommes. Chacun de nous peut donc sacrifier son agneau dans chaque maison de nos pères; et tandis que l’un enfreint la loi, ne sacrifiant pas l’agneau du tout, un autre peut observer entièrement le commandement, offrant son sacrifice et le cuisinant bien, sans en casser les os. C’est donc, en résumé, l’interprétation de la Pâque sacrifiée pour nous, qui est le Christ, conformément au point de vue des apôtres, et avec l’Agneau dans l’Évangile. (Origen. Commentary on the Book of John (X), chapter 13. Translated by Allan Menzies. From Ante-Nicene Fathers, Vol. 9. Edited by Allan Menzies. (Buffalo, NY: Christian Literature Publishing Co., 1896.) <http://www.newadvent.org/fathers/101510.htm> accessed 04/15/16)

Fondamentalement, Origène admet que nous devons apprendre des Jours des Pains sans levain et il semble laisser entendre que le simple fait d’en manger à la Pâque est suffisant.

Vers le milieu du 3e siècle, un de ses élèves, Grégoire le Thaumaturge écrit contre eux :

Tous ceux qui observent dignement la fête de l’Annonciation de la Vierge Marie, la mère de Dieu, acquièrent en récompense de leur plus grand intérêt pour le message : « Salut, toi qui es hautement favorisée! Il est donc de notre devoir de célébrer cette fête, sachant qu’elle a procuré au monde entier de la joie et du bonheur. Et observons-la avec des psaumes, des hymnes et des chants spirituels. Autrefois, Israël observait aussi leur fête, mais c’était avec des pains sans levain et des
herbes amères, ce dont le prophète dit : Je transformerai leurs fêtes en afflictions et en lamentations, et leur joie en honte. Mais nos afflictions notre Seigneur nous a assuré qu’Il les transformera en joie par les fruits de la pénitence.
(Gregory Thaumaturgus. The Second Homily on
the Annunciation to the Holy Virgin Mary. Translated by S.D.F. Salmond. From Ante-Nicene Fathers, Vol. 6. Edited by Alexander Roberts, James Donaldson, and A. Cleveland Coxe.(Buffalo, NY: Christian Literature Publishing Co., 1886.) http://www.newadvent.org/fathers/06092.htm accessed 04/15/16
)

Grégoire (voir Gregory the Wonder Worker) qui prétendait être le premier à voir une
apparition de Marie (voir Mary, the Mother of Jesus and the Apparitions) voulait promouvoir la vénération de Marie et parlait contre les Jours Saints bibliques.

Mais tous les Gréco-Romains ne l’ont pas suivi. À la fin du 3e siècle, le Gréco-Romain Anatole de
Laodicée ou d’Alexandrie, lorsqu’il était Évêque de Laodicée, écrivait ce qui suit :

Je suis conscient que beaucoup d’autres sujets ont été discutés par eux, certains avec une probabilité considérable, et d’autres comme relevant de la démonstration la plus claire, par lesquels ils
s’efforcent de prouver que la fête de la Pâque et des Pains sans levain doit absolument être observée après l’équinoxe …

Mais rien n’était difficile pour ceux avec qui il était légal de célébrer la Pâque n’importe quel jour quand le quatorzième jour de la lune avait lieu après l’équinoxe. Suivant leur exemple jusqu’à nos jours, tous les évêques d’Asie —eux-mêmes, recevant la loi d’une autorité irréprochable, à savoir l’évangéliste Jean, qui s’appuyait sur la poitrine du Seigneur, et recevait les instructions spirituelles sans aucun doute — étaient dans la voie de célébrer la fête pascale chaque année, sans aucun doute, le quatorzième jour de la lune, et l’agneau était sacrifié par les Juifs après l’équinoxe; n’acquiesçant pas , en ce qui concerne cette question, avec l’autorité de certains… (THE PASCHAL CANON OF ANATOLIUS OF ALEXANDRIA. Chapters V,X, p. 415, 419).

Cela devrait être la preuve pour n’importe qui avec « des yeux pour voir, des oreilles pour entendre » que
certains qui ont professé le Christ gardaient les Jours des Pains sans levain des siècles après la mort de Jésus. Et cela après la Pâque sur le 14e jour. Mais cela aurait-il pu finir par être changé et appelé le Carême? Il
peut en être ainsi, même si le Carême ne provient pas de la Bible ni des pratiques actuelles des premiers Chrétiens… (voir Is Lent a Christian Holiday?)

Quoi qu’il en soit, il y a eu une déclaration anti-Jour Saint à Laodicée près d’un siècle après la mort d’Anatole (env. 270-280). Les canons 37 et 38 du Conseil de Laodicée du 4e siècle (c. 363-364) interdisaient l’observance des Pains sans levain et d’autres fêtes juives :

Canon 37

Il n’est pas licite de recevoir des portions des fêtes des Juifs ou d’hérétiques, ni de fêter avec eux.

Canon 38

Il n’est pas licite de recevoir des pains sans levain des Juifs, ni de participer à leur impiété.

(Synod of Laodicea. Traduit par Henry Percival. From Nicene and Post-Nicene
Fathers, Second Series, Vol. 14. Edited by Philip Schaff and Henry Wace. (Buffalo, NY: Christian Literature Publishing Co., 1900.) Revised and edited for New Advent by Kevin Knight. <http://www.newadvent.org/fathers/3806.htm>.
)

Et il y avait une condamnation similaire dans les Canons 69/70 des Syrian Apostolic
Canons
près de cette époque. Remarquez :

Le Canon 37 {70} exige des Chrétiens qu’ils n’acceptent pas de cadeaux des fêtes des Juifs et des hérétiques et dénie aux Chrétiens le droit de fêter avec ces personnes « Il ne convient pas que
les chrétiens acceptent des cadeaux envoyés par des juifs ou des hérétiques, ni de célébrer des fêtes avec eux. » 98 Le Canon 38 déclare que les Chrétiens ne doivent pas accepter de pain sans levain des Juifs, ni de participer à leurs fêtes : « Il n’est pas approprié que les Chrétiens acceptent le pain sans levain des Juifs et prennent part à leurs impiétés. » 99 Ces règles, prises ensemble, donnent certainement l’impression que, même au 4e siècle, il n’existait pas seulement des pratiques judaïques dans l’Église asiatique, mais qu’il existait également une véritable communauté religieuse avec les habitants Juifs.

Les Canons apostoliques, qui sont une compilation syrienne du milieu du 4e siècle, renforcent cette
impression. Ils traitent encore plus en détail la camaraderie religieuse entre le clergé et les Juifs dans cet endroit même où la violence des moines était la plus acharnée contre les Juifs, Alexandrie. Le canon 69 réitère l’interdiction de fêter ou de jeûner avec les Juifs : « Si un évêque ou un autre religieux jeune avec les Juifs ou célèbre des jours de fêtes avec eux, ou accepte des cadeaux de leurs fêtes, tels que des pains sans levain ou quelque chose de similaire, il doit être exclu du clergé; et si un laïque fait ces choses, il sera séparé du troupeau. »
(Seaver JE.  Persecution of the Jews in the Roman Empire (300-438), Issue 30 of University of Kansas publications: Humanistic studies. University of Kansas Publications, 1952.  Original from the University of Virginia, Digitized Apr 29, 2009, pp. 34-35. http://vlib.iue.it/carrie/texts/carrie_books/seaver/text.html)

70. Si un évêque, ou un autre membre du clergé, jeûne avec les Juifs, ou observe les fêtes avec eux, ou accepte les cadeaux de leurs fêtes, comme du pain sans levain ou quelque chose du genre, qu’il soit privé de pouvoir; mais s’il est un laïc, qu’il soit suspendu. (Apostolic Constitutions (Book VIII), Section XLVII. Translated by James Donaldson. From Ante-Nicene Fathers, Vol. 7. Edited by Alexander Roberts, James Donaldson, and A. Cleveland Coxe. (Buffalo, NY: Christian Literature Publishing Co., 1886.) Revised and edited for New Advent by Kevin Knight. <http://www.newadvent.org/fathers/07158.htm>)

C’est pourquoi cette pratique des Chrétiens d’observer les Jours des Pains sans levain devait également avoir lieu en Asie mineure et ailleurs – d’autres savants partagent cet avis (Seaver, p. 34; Bagatti B, Priest. The Church from the Circumcision, pp. 87-88).

À la fin du 4e siècle ou au début du 5e siècle, Augustin d’Hippo déclara :

Et ainsi en ce qui concerne les pains sans levain et toutes ces choses-là, dans lesquelles l’apôtre dit qu’il y avait une ombre des choses à venir, négligeant leur observance sous l’ancien régime, lorsque cette observance était prescrite et utilisée pour préfigurer ce qui devait être ensuite révélée aurait été aussi criminelle, car il serait maintenant insensé pour nous, après que la lumière du Nouveau Testament soit apparue, de penser que ces observances prédictives pourraient nous être utiles. D’autre part, puisque l’Ancien Testament nous enseigne que les choses révélées aujourd’hui ont été préfigurées il y a si longtemps pour que nous puissions être fermes et fidèles dans notre adhésion à ces choses, ce serait un blasphème et une impiété de se débarrasser de ces livres, …

Ne pas manger de pain sans levain dans les sept jours prévus était un péché à l’époque de l’Ancien Testament; à l’époque du Nouveau Testament, ce n’est pas un péché. (Augustine. Contra Faustum Book VI. c. 400 A.D.)

Mais le perfide (cf. Malachie 2:14) Augustin (qui trahit sa conjointe de fait et son enfant), ne fournit essentiellement aucune preuve, si ce n’est qu’il ne voit pas en quoi il est utile de les observer.

À la fin du 4e siècle et au début du 5e siècle, Épiphane et Jérôme écrivirent après que les Chrétiens Nazaréens continuaient d’observer les coutumes juives, ce qui aurait inclus les Jours des Pains sans levain (Epiphanius. Panarion 29, 9,3 as cited in Pritz. Nazarene Jewish Christianity. Magnas, Jerusalem, 1988, p. 35; Jerome as cited in Pritz, pp. 58,62,63).

Épiphane considérait ces Nazaréens qui observaient les Jours Saints comme des hérétiques (Ephiphanius. The Panarion of Ephiphanius of Salamis: Book II (sects 1-46) Section 1, Chapter 19, 7-9. Frank Williams, editor. Publisher BRILL, 1987, p. 117-119).

Malgré le fait que beaucoup ont choisi plus tard d’observer le Carême, les fidèles ont continué à observer les Jours des Pains sans levain tout au long de l’histoire.

Le chercheur Adventiste Daniel Liechty a rapporté que les observateurs du Sabbat en Transylvanie dans les années 1500 et après, observaient les Jours Saints bibliques (comme la Fête des Trompettes appelée Jour du Souvenir ci-dessous) (et ces jours ne sont pas observés dans son église) :

Les Sabbatariens se considéraient comme des Gentils convertis. Ils se tenaient aux fêtes bibliques. La Pâque qu’ils célébraient avec du pain sans levain… Le premier et le dernier septième jour de la Pâque étaient des fêtes (Liechty D. Sabbatarianism in the Sixteenth Century. Andrews University Press, Berrien Springs (MI), 1993, pp. 61-62).

Notez que dans les années 1600, ceux qui observaient les Jours des Pains sans levain étaient persécutés pour leurs convictions :

Et enfin, le tragique « Accord of Deés » ou Complanatio Deesiana de juillet 1638 a définitivement séparé les Sabbatariens des Unitariens. Les Unitariens ont reçu l’ordre d’adorer Jésus, de baptiser au nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit, et de permettre la censure de leurs publications – une « complanatio » contrainte. Les « Judaïsants » et ceux qui rejetaient et maudissaient Jésus étaient cependant exclus même de la nouvelle amnistie. Les sabbatariens étaient une cible facile de la nouvelle loi discriminatoire : ils observaient le Sabbat, ils cultivaient donc le dimanche, s’abstenaient de manger du porc et du sang, célébraient la Pâque avec du pain sans levain et refusaient de baptiser leurs enfants – le signe même de leur conversion.  (Gellérd, Judit. Spiritual Jews of Szekler Jerusalem A Four-Centuries History of Transylvanian Szekler (Székely) Sabbatarianism. In Literature of Memory VI: Hope and Despair STH TS 870, Fall 2000 Professor Elie Wiesel. http://www.unitarius.hu/cffr/papers/sabbat.htm–12/14/02).

Notez que les « Judaïsants » sont séparés de « ceux qui ont rejeté et maudit Jésus ». Dans cette région, il y avait à la fois de vrais Chrétiens (les « Judaïsants » qui célébraient la Pâque avec du pain sans levain, etc.) et ceux qui rejetaient le Christ en tant que Messie (par conséquent, les Judaïsants n’étaient pas réellement unitariens).

Au début des années 1600, un observateur du Sabbat dans les Iles Britannique, John Traske, écrivit ce qui suit sur l’observation d’une version de la Pâque et / ou de la résurrection :

« Le quatorzième jour de la lune de mars » doit coïncider avec la Pâque juive et doit être suivi de la ] consommationde pain sans levain pendant sept jours. (Falconer John. A Breife Refutation of John Traskes Judaical and Novel Fantyces, pp. 57-58, as cited in Ball B.  Seventh Day Men: Sabbatarians and Sabbatarianism in England and Wales, 1600-1800, 2nd edition.  James Clark & Co., 2009, pp. 49-50)

Au 20e siècle, l’ancienne Radio Church of God l’a fait :

Observer la Pâque seule, puis ne pas observer les sept jours de pain sans levain signifie, dans le symbolisme, accepter le sang du Christ, puis continuer à pécher. (Armstrong HW. What You Should Know About the Passover and Festival of Unleavened Bread. Good News magazine, April 1954)

Les Chrétiens ont observé les Jours des Pains sans levain tout au long de l’âge de l’église.

Nous, dans l’Église Continue de Dieu, l’observons encore aujourd’hui.

Le dernier jour des pains sans levain

Le dernier jour des Pains sans levain est un Jour Saint et, comme le premier jour, un moment propice à une sainte convocation :

6 Et le quinzième jour de ce mois, ce sera la fête des pains sans levain en l’honneur de l’Éternel; vous mangerez pendant sept jours des pains sans levain. 7 Le premier jour, vous aurez une sainte convocation: vous ne ferez aucune oeuvre servile. 8 Vous offrirez à l’Éternel, pendant sept jours, des sacrifices consumés par le feu. Le septième jour, il y aura une sainte convocation: vous ne ferez aucune oeuvre servile. (Lévitique 23:6-8)

Dans l’Église Continue de Dieu, nous suivons les avertissements bibliques et observons les Jours des Pains sans levain. Étant une sainte convocation, nous nous abstenons d’activités charnelles telles que travailler pour gagner sa vie, aller à l’école, etc.

Ceux qui le peuvent, se rencontre, partagent les mêmes idées, s’abstiennent de levain, etc. Et ceux qui ne peuvent pas se réunir, s’abstiennent toujours de levain, prient et regardent normalement un sermon en ligne, tel que Christians and the Days of Unleavened Bread, comme faisant partie de leur observance (et bien sûr, manger une certaine quantité de pain sans levain).

Devez-vous observer des services religieux chaque jour?

Pendant un certain temps, l’ancienne Radio Church of God faisait observer les Jours des Pains sans levain de la même manière que la Fête des Tabernacles. Je
veux dire par là que c’était un festival de pèlerinage où les offices étaient
célébrés tous les jours et, en ce sens, nous nous offrions nous-mêmes en
sacrifice vivant (Romains 12:1) pendant la fête des Tabernacles. Avec le temps,
l’ancienne Radio-Church of God a
cessé de le faire pendant les Jours des Pains sans levain.

Certains se sont demandé si c’était la bonne décision et ont indiqué qu’il est faux de ne pas demander aux Chrétiens d’assister aux offices de l’église pendant les sept jours et / ou de ne pas les observer comme festival de pèlerinage.

Voici un passage que certains citent (et il y a plusieurs passages similaires dans la Bible) :

16 Trois fois par année, tous les mâles d’entre vous se présenteront devant l’Éternel, ton Dieu, dans le lieu qu’il choisira: à la fête des pains sans levain, à la fête des semaines, et à la fête des tabernacles. On ne paraîtra point devant l’Éternel les mains vides. (Deutéronome 16:16)

Maintenant, réalisons que les Jours des Pains sans levain sont l’une des trois séries de Jours Saints.

Comme le Jour de la Pentecôte, qui est également mentionné dans Deutéronome 16 et Nombres 28, la Bible n’exige pas que nous restions dans des habitations temporaires pendant ce jour.

Ce n’est PAS la même chose que les sept jours de la Fête des Tabernacles, pour lesquels des habitations temporaires sont obligatoires (Lévitique 23:42).

Dans Esdras 6, il est enseigné que ceux qui n’étaient plus captifs ont observé les Jours des Pains sans levain, mais ce passage n’indique pas du tout qu’ils ont fait un pèlerinage séparé pour l’observer, mais seulement qu’ils étaient en Israël et qu’ils étaient libres de leurs ravisseurs, donc ils ont pu les observer. On ne mentionne pas non plus de pèlerinage dans Ézéchiel 45, où sont également mentionnés les Jours des Pains sans levain.

Il convient de souligner que « trois fois par an » comparaître devant Dieu signifie en fait assister aux
offices religieux les jours qu’Il a désignés au cours de ces trois saisons. Il convient également de noter que la Fête des Trompettes était considérée comme faisant partie de la rubrique « Fête des Tabernacles » dans la Bible, qui peut être montrée ci-dessous :

1 Le septième mois arriva, et les enfants d’Israël étaient dans leurs villes. Alors le peuple s’assembla comme un seul homme à Jérusalem. Josué, fils de Jotsadak, avec ses frères les sacrificateurs, et Zorobabel, fils de Schealthiel, avec ses frères, se levèrent et bâtirent l’autel du Dieu d’Israël, pour y offrir des holocaustes, selon ce qui est écrit dans la loi de Moïse, homme de Dieu. 3 Ils rétablirent l’autel sur ses fondements, quoiqu’ils eussent à craindre les peuples du pays, et ils y offrirent des
holocaustes à l’Éternel, les holocaustes du matin et du soir.
Ils célébrèrent la fête des tabernacles, comme il est écrit, et ils offrirent jour par jour des holocaustes, selon le nombre ordonné pour chaque jour. 5 Après cela, ils offrirent l’holocauste perpétuel, les holocaustes des nouvelles lunes et de toutes les solennités consacrées à l’Éternel, et ceux de quiconque faisait des offrandes volontaires à l’Éternel. 6 Dès le premier jour du septième mois, ils commencèrent à offrir à l’Éternel des holocaustes. Cependant les fondements du temple de l’Éternel n’étaient pas encore posés. (Esdras 3:1-6)

Notez également que ce n’était pas un temps du pèlerinage si tôt pour la plupart des enfants d’Israël, comme le dira plus tard Néhémie, qui se réfère à une autre année :

7:73 … Le septième mois arriva, et les enfants d’Israël étaient dans leurs villes.

8 :1 Alors tout le peuple s’assembla comme un seul homme sur la place qui est devant la porte des eaux. Ils dirent à Esdras, le scribe, d’apporter le livre de la loi de Moïse, prescrite par l’Éternel à Israël. Et le sacrificateur Esdras apporta la loi devant l’assemblée, composée d’hommes et de femmes et de tous ceux qui étaient capables de l’entendre. C’était le premier jour du septième mois. (Néhémie 7:73-8:2)

Malgré la Fête des Trompettes, qui commence le premier jour du septième mois, étant considérée comme faisant partie de la saison de la Fête des Tabernacles, les enfants d’Israël étaient dans leurs villes et ne voyageaient pas pour assister à la Fête des Tabernacles.

Les Jours des Pains sans levain NE SONT PAS désignés un pèlerinage obligatoire. Il faut assister aux offices les Jours Saints, mais la Bible n’enseigne pas de voyager sur une longue distance pour le faire.

En ce qui concerne participer aux offices, voici ce que la Bible enseigne réellement :

3 On travaillera six jours; mais le septième jour est le sabbat, le jour du repos: il y aura une sainte convocation. Vous ne ferez aucun ouvrage: c’est le sabbat de l’Éternel, dans toutes vos demeures. 4 Voici les fêtes de l’Éternel, les saintes convocations, que vous publierez à leurs temps fixés. 5 Le premier mois, le quatorzième jour du mois, entre les deux soirs, ce sera la Pâque de l’Éternel. 6 Et le quinzième jour de ce mois, ce sera la fête des pains sans levain en l’honneur de l’Éternel; vous mangerez pendant sept jours des pains sans levain. 7 Le premier jour, vous aurez une sainte convocation: vous ne ferez aucune oeuvre servile. 8 Vous offrirez à l’Éternel, pendant sept jours, des sacrifices consumés par le feu. Le septième jour, il y aura une sainte convocation: vous ne ferez aucune oeuvre servile. (Lévitique 23:3-8)

Notez que, le peuple de Dieu doit assister aux offices le jour du Sabbat hebdomadaire, le premier Jour des Pains sans levain et le septième Jour des Pains sans levain, il n’existe pas de mandat biblique d’assister aux offices les autres jours.

Cependant, puisque nous devons éviter de manger du levain et que nous devrions manger du pain sans levain chaque jour pendant les sept jours, nous en sommes rappelés à chaque jour.

Bien qu’il ne soit pas nécessaire d’assister à des services religieux quotidiens (autres que les 1er et
7e Jours des Pains sans levain et le Sabbat hebdomadaire), il semble que nous remplissions l’« offrande » des sept jours dans Lévitique 23:8 par deux moyens assez uniques pendant les Jours des Pains sans levain (qui sont différents de la Fête des Tabernacles où il faut avoir un service religieux quotidien comme offrande chaque jour).

Premièrement, nous le faisons en nous assurant de manger du pain sans levain chaque jour. Ce n’est pas une habitude normale de la plupart des Chrétiens. C’est donc, dans un sens, offrir notre part de notre apport à Dieu. Et deuxièmement, en examinant nos vies et en considérant, lorsque nous consommons le pain sans levain, à quel point nous devons nous concentrer sur l’élimination du péché de nos vies pour être une offrande à Dieu. Et même si nous devrions toujours nous examiner, nous devrions être encore plus vigilants pour changer et vaincre le péché pendant ces sept jours.

Pourquoi assiste-t-on à des offices tous les huit jours à la Fête des Tabernacles et du Dernier Grand Jour, alors que cela n’est pas nécessaire pour les Jours des Pains sans levain et de la Pâque?

Une autre raison tirée des Écritures est que le commandement de la Fête des Tabernacles est le suivant : « Tu
célébreras la fête pendant sept jours en l’honneur de l’Éternel, ton Dieu, dans le lieu que choisira l’Éternel » (Deutéronome 16:15; cf. Lévitique 23:33), mais cela n’est pas prescrit en ce qui concerne les Jours des Pains sans levain. La fête des tabernacles est également appelée « une multitude en fête » dans le livre des Psaumes (42:4).

Les commandements pour les Jours des Pains sans levain disent de manger des pains sans levain pendant sept jours dans Lévitique 23:6 et Deutéronome 16:3, par opposition à un commandement d’observer la fête pendant sept jours. Ceux qui sont dans l’Église Continue de Dieu doivent éviter le levain et manger du pain sans levain chacun de ces sept jours.

La Fête des Tabernacles représente le nouveau monde du millénaire. Puisque Satan sera lié pour le règne millénaire (Apocalypse 20:1-2), il y aura alors moins de déception. Voyager pour la période de la Fête des Tabernacles et se réunir tous les jours nous aide à imaginer un moment où le monde sera très différent de ce qu’il est maintenant.

« Que ton règne vienne! » (Matthieu 6:10).

Pourtant, pour les Jours des Pains sans levain, nous réalisons plus étroitement que ce monde actuel, Satan et le péché sont tout autour de nous. En évitant consciemment le levain (symbole du péché et de l’hypocrisie pendant les Jours des Pains sans levain), tout en étant exposé au monde et en mangeant chaque jour du pain sans levain, nous permet de mieux comprendre à quel point nous devons faire attention à la façon dont nous
vivons normalement.

Bien que ce ne soit certainement pas faux d’assister aux offices religieux, lorsqu’il est disponible, chacun des sept jours de pain sans levain, ce n’est pas bibliquement requis. Par conséquent, nous n’insistons pas là-dessus dans l’Église Continue de Dieu.

En conclusion

Bien que les Jours des Pains sans levain soient mentionnés pour la première fois dans l’Ancien Testament, c’est dans le Nouveau Testament que nous apprenons plus amplement que le levain d’aujourd’hui décrit la fausse religion et le péché. Le Nouveau Testament montre le lien entre le sacrifice de Jésus de la Pâque et l’élimination du péché de nos vies.

Le levain, selon Jésus, était un symbole du péché (cf. Matthieu 16:11-12; 23:28) et de l’hypocrisie (Luc 12:1). Nous ne devons pas le tolérer.

Comme mentionné précédemment, l’Apôtre Paul a averti :

7 … pour vous empêcher d’obéir à la vérité? 8 Cette influence ne vient pas de celui qui vous appelle. 9 Un peu de levain fait lever toute la pâte.  (Galates 5:7-9).

Pendant les Jours des Pains sans levain, le rappel physique d’éviter le levain et de consommer du pain sans levain devrait nous aider à nous concentrer à éliminer le péché de nos vies.

Selon le Nouveau Testament et les archives d’historiens, c’était la pratique originale des premiers Chrétiens d’observer la Pâque et les Jours des Pains sans levain. Les Chrétiens, comme certains des observateurs
Juifs, purgent leur maison de levain avant le coucher du soleil le 15 de Nisan. Et les Chrétiens évitent le levain pendant ces sept jours. C’est quelque chose que la Bible enseigne et que les premiers chrétiens pratiquaient.

Voulez-vous suivre ceux qui ont suivi Jésus Christ ou préférez-vous des pratiques ultérieures?

Voici la position de la Déclaration des croyances de l’Église Continue de Dieu qui perdure à ce sujet :

Les Jours des Pains Sans Levain qui sont tout juste après la Pâques, représentent nos péchés effacés par l’acceptation du sacrifice de Jésus (cf. 2 Pierre 1:9-11). Ils représentent aussi que le levain de l’hypocrisie, la malice, et la méchanceté doivent être purgés (Luc 12:1; 1 Corinthiens 5:6-13). L’apôtre Paul a été inspiré d’écrire « Célébrons donc la fête, non avec du vieux levain, non avec un levain de malice et de méchanceté, mais avec les pains sans levain de la pureté et de la vérité » (1 Corinthiens 5:8).

En observant les Jours des Pains sans levain, les Chrétiens se disent qu’ils ont entendu la parole de Dieu, accepté le sacrifice de Jésus, essayent de mettre en pratique la parole de Dieu et ont
symboliquement mis hors de leur vie la fausse religion et le péché. En observant les Jours des Pains sans levain, les Chrétiens montrent qu’ils sont disposés à obéir à Dieu au détriment des traditions des hommes.

Ne soyez pas gonflés et ne vous fiez pas à de faux arguments pour vous empêcher d’obéir au Dieu de la Bible et aux pratiques de ceux qui connaissaient Jésus.

En conclusion, comme l’Apôtre Paul l’a écrit dans 1 Corinthiens 5:8, « Célébrons donc la fête. »

Devriez-vous?

Pour
en savoir plus sur la façon de célébrer la Pâque et les Jours des Pains sans levain, consultez l’article intitulé  Keeping Passover and the Days of Unleavened Bread.

Des sermons connexes sont disponibles en ligne : Christians and Unleavened Bread et Leaven and Sin).

Pour savoir quand ces jours apparaissent sur les calendriers modernes, consultez l’article Holy Day Calendar.

B. Thiel, Ph.D. Les chrétiens devraient-ils
observer les Jours des Pains sans levain? www.cogwriter.com (c) 1999, 2000,
2006, 2007/2008/2009/2011/2012/2013/2014/2017/2018 0406

Back to COGwriter Home Page

Back to Early
Christianity page

 

 

Posted in Français